6 avril: réunion publique de solidarité avec les dispensaires sociaux grecs

 

http://solidaritefrancogrecque.wordpress.com/2014/03/19/collectif-sfgs-reunion-le-6-avril-a-paris/

Affiche_6_avril

Cher-e-s amis-e-s et camarades,

le collectif ‘’Solidarité France Grèce pour la Santé’’ vous invite à un après-midi solidaire avec les dispensaires sociaux grecs.

À partir de la projection du documentaire

RUINES : Chronique d’une chasse aux sorcières séropositives,

nous pourrons débattre de la situation sanitaire et des expériences alternatives solidaires en Grèce avec

Sofia TZITZIKOU, pharmacienne et animatrice bénévole au Dispensaire/ Pharmacie Solidaire d’Athènes (Kaniggos).

Vous êtes tous et toutes les bienvenues,

le 6 avril de 14h à 19hau CICP, 21 ter rue Voltaire, 75011, Paris, métro Rue des Boulets

pour partager cette initiative militante autour d’un verre et d’un concert de soutien avec le groupe

Les raisins de la colère.

D’avance nous vous remercions de faire circuler cette annonce dans vos réseaux.

Amitiés solidaires

Lire la suite

Publicités

Appel international : non au vote de l’amendement raciste

impunity

 

Appel international : non au vote de l’amendement raciste
Grèce : l’impunité des violences racistes et la pénalisation des victimes constituent une nette régression pour l’ensemble de l’Europe 

 

Nous tenons à exprimer notre plus grande inquiétude. Alors que l’impunité des auteurs d’actes racistes prend en Grèce des dimensions alarmantes, au lieu d’y faire face, le gouvernement grec s’apprête à l’institutionnaliser tout en instaurant des sanctions pour les victimes ! La semaine dernière, le gouvernement grec a soumis au Parlement un amendement concernant le Code de l’immigration ; il prévoit l’expulsion des migrants qui ont déposé plainte pour violences commises à leur encontre par des agents de l’État, au cas où cette plainte est rejetée ou classée sans suite. Cette disposition réglementaire ne relève que de l’intimidation pure visant à pénaliser non pas les bourreaux mais les victimes.

En Grèce, la tolérance dont bénéficient les auteurs des violences contre les migrants, et en particulier lorsqu’il s’agit des agents de la police, crée un sinistre précédent. Une longue série des rapports et d’enquêtes réalisées à ce sujet par des organismes nationaux, européens et internationaux en témoigne.
Nous considérons que la tolérance par l’État de la violence raciste, et plus encore l’institutionnalisation de cette tolérance sous prétexte de « protéger » les agents de police contre les migrants et les réfugiés (!) ne relèvent ni du « droit » d’un État, ni d’une modalité d’exercice de sa souveraineté.

Lire la suite

Le collectif Solidarité France-Grèce pour la Santé dénonce

Solidarité France - Grèce

Ce matin (24/10/2013), suite à une dénonciation anonyme pour détention illicite de stupéfiants, la police est entrée au dispensaire solidaire social d’Hellinikon accompagnée d’agents de l’Organisme National du Médicament (EOF) et d’un juge d’instance. Ils n’ont trouvé aucune trace des substances illicites. Il s’agit bien évidemment d’un coup monté.

Cette action des autorités grecques fait suite à une interview télévisée où un médecin bénévole du dispensaire social solidaire d’Hellinikon a exposé, devant le Ministre de la Santé et sur un plateau télévisé, l’insuffisance actuelle du système de la santé et les très graves conséquences des nouvelles mesures d’austérité à une société déjà épuisée. (voir vidéo)

Voir l’article original 233 mots de plus

Lesbos/Grèce, la nouvelle “cage” pour migrants

http://www.migreurop.org/article2298.html

paganiMigreurop, le Réseau Euro Meditérannéen pour les Droits de l’Homme (REMDH), Welcome 2 Europe, Jeunes sans Frontières (Jugendliche ohne Grenzen – JOG) et leurs amis afghans et membres, qui ont été détenus dans l’enfer de Pagani en 2009 et de retour à Lesbos ces derniers jours ont écrit ensemble un communiqué de presse sur l’ile de Lesvos et le centre nouvellement ouvert sur l’ile.

Les récentes tragédies à Lampedusa ont mis en lumière, une fois de plus, l’indifférence dominante de l’Union européenne face au sort des migrants. Aux portes de l’Europe, en Italie comme dans les îles grecques, les migrants sont sujets à des contrôles arbitraires aux frontières, et à des mesures sécuritaires qui mettent leurs vies en danger.

Ces derniers jours, plus de 80 migrants ont réussi à gagner l’île de Lesbos, malgré les nombreux refoulements qui ont lieu en Mer Egée. Ces femmes, ces enfants et ces hommes, qui fuient des pays dévastés, des régimes dictatoriaux ou d’insupportables conditions socio-économiques, sont victimes de violences et de l’indifférence des autorités grecques et européennes. En l’absence d’une réglementation claire, la police et les garde-côtes laissent les survivants de ces dangereuses traversées dans des limbes juridiques, sans aucune forme de protection, de soins et d’information. Lire la suite

Félicitations M. Samaras! Et vous ….à quand le départ?, par Stavros Panagiotidis

Félicitations M. Samaras ! Et vous … à quand le départ ?, par S. Panagiotidis

Nouvelles Hors Les Murs

Source : http://left.gr/news/felicitations-m-samaras-et-vous-quand-le-depart

Auteur : S. PANAGIOTIDIS

Félicitations M. Samaras! Vous les avez arrêté ces fascistes, ces criminels de l’Aube Dorée.

Mais maintenant, vous devez répondre à certaines questions. Parce qu’avant d’aborder la question pénale du fascisme, il faut se rappeler qu’il s’agit surtout d’un problème politique, et que le chemin vers le fascisme ne se trace pas tout seul:

Allez-vous renvoyer N. Dendias, Ministre de l’Ordre Public et de la Protection du Citoyen, qui a gardé pendant si longtemps dans son tiroir les éléments de 31 affaires dont sont responsables pénalement les membres de l’Aube Dorée?

Cet ministre qui savait que l’Aube Dorée était coupable des meurtres des immigrés, mais qui a attendu la mort d’un grec, pour transmettre les dossiers aux autorités de la justice? Celui qui, après les découvertes de la police sur l’affiliation au parti de l’Aube Dorée des responsables du meurtre de l’immigré de Petralona…

Voir l’article original 524 mots de plus

Arrestations de députés et de membres d’Aube Dorée

ΧΕΙΡΟΠΕΔΕΣ

Samedi 28 septembre, la police anti-terroriste a procédé à l’arrestation du dirigeant du parti Aube Dorée Nikolaos Michaloliakos, de quatre autres députés (Michos, Kasidiaris, Lagos, Panagiotaros), des responsables locaux de l’organisation, ainsi que de deux policiers. Plusieurs autres cadres du parti sont recherchés.

Une vaste opération est en cours sur l’ensemble du territoire suite au lancement de 34 mandats d’arrêt par le procureur général de la Cour suprême grecque. Les cadres politiques et les membres de l’organisation concernés sont accusés de constitution d’organisation criminelle, extorsions, blanchissement d’argent, complicité d’agressions, tentatives d’assassinat, meurtres.

Contre le cancer fasciste, il est temps de contre-attaquer !, par Stathis Kouvelakis

http://www.contretemps.eu/interventions/contre-cancer-fasciste-il-est-temps-contre-attaquer#.UkFJlsUmsfI.facebook

1262602_10151885983205470_1751281198_o

Nous traduisons et reproduisons ici le discours prononcé par Stathis Kouvélakis lors du rassemblement organisé à Londres devant l’ambassade de Grèce le 21 septembre 2013, en l’honneur de Pavlos Fyssas, rappeur et militant antifasciste assassiné en pleine rue par les nervis du parti nazi Aube dorée.

Le meurtre de Pavlos Fyssas par les brutes néonazies d’Aube dorée est une preuve de plus que la situation en Grèce est celle d’un Etat d’exception.

Ce n’est à coup sûr pas la première fois qu’Aube dorée agresse et tue des gens dans les rues. C’est ce que fait ce gang depuis toujours, et de manière croissante tout au long de la dernière année. Nous n’oublions pas, en particulier, le meurtre du travailleur pakistanais Sahjat Lukman en janvier, l’un des nombreux meurtres racistes qui ont eu lieu en Grèce durant les dernières années.

Néanmoins, chacun comprend que le meurtre d’un militant de gauche et antifasciste constitue un tournant décisif. Venant après l’attaque armée contre des militants communistes dans le quartier de banlieue de Perama, il signale une intensification qualitative de la stratégie de la tension poursuivie par Aube dorée. Or cette stratégie n’aurait jamais pu être mise en œuvre sans le support direct et indirect de l’Etat, de la police et des médias. Lire la suite