Appel à la Solidarité avec Nikos Romanos et les autres grévistes de la faim en Grèce

nikos-romanos

4 décembre 2014 : Nikos Romanos est en grève de la faim depuis le 10 novembre dernier pour l’obtention des sorties d’études. Etant en prison, il a passé le concours d’entrée à l’université, mais les autorités lui refusent obstinément les permissions de sorties que le droit prévoit pour les prisonniers-étudiants. Hospitalisé depuis plusieurs jours, le seuil critique pour l’arrivée des dommages irréparables semble franchi, le risque de mort est imminent.

Lire la suite

Publicités

S’éduquer, en faim, par Makis Malafekas

source : http://blogs.mediapart.fr/blog/makis-malafekas/061214/seduquer-en-faim

nikos-romanos

Du pain et de l’éducation !

Danton

Il semble criminel de se coucher de bonne heure en Grèce ; même les petits enfants ont la permission de veiller très tard, de sorte que, quand ils s’endorment enfin, ils dorment à poings fermés.

Lawrence Durrell

Ne plus se nourrir pour ne plus se laisser mourir. Telle est la décision prise par le jeune Níkos Romanós le 10 novembre dernier dans son quart de cellule des prisons d’Athènes où il est détenu depuis plus d’un an pour tentative de vol à main armée. Il revendique son droit de sortie pour assister à ses cours d’université. On le lui refuse d’un revers de la main. Il arrête donc d’accepter la nourriture que cette même main lui accorde une fois et demie par jour.

Il faut savoir que Romanós vient de loin. Du soir fatidique du 6 décembre 2008, très précisément. Rappel des faits :.

Lire la suite

Hunger strikers and hunger artists, by Costas Douzinas

Ejecting and ingesting the other:

source : https://greekleftreview.wordpress.com/2014/12/04/hunger-strikers-and-hunger-artists/

Syrioi Syntagma

1.The hunger strikers

Athens, January 2011. While the Egyptian revolution was in full flow, 300 sans papiers immigrants from the Maghreb took refuge in Hepatia a neo-classical building in central Athens and staged a hunger strike. They had lived and worked in Greece for up to 10 years, doing the jobs the Greeks didn’t want to do for a fraction of the minimum wage without social security. When the crisis struck, they were unceremoniously kicked out. They had no Greek documents, work or residence permits and were liable to immediate deportation. They were the double victims of boom and bust. During the period of fake growth, their underpaid, uninsured work did the necessary ‘dirty’ jobs the locals would not do. With the onset of the economic crisis they became surplus to requirement, to be disposed like refuse. After forty days, with several strikers in hospital with irreversible organ failure that would lead to death, the government accepted the bulk of their demands.

Lire la suite

2ème Festival Alternatif de l’Économie Coopérative et Sociale 11-13 Octobre 2013

source : http://www.festival4sce.org/page/39/18

images

Le 2ème Festival Alternatif de l’Économie Coopérative et Sociale aura lieu en Athènes au Centre Culturel de Ellinikon (ex base militaire des États-Unis) le 11, 12 et 13 octobre 2013.

Banques de temps, réseaux d’échange,  collectifs, centres sociaux, coopératives de travailleurs, monnaies alternatives, éco-communautés, mouvements sociaux pour  la préservation des ressources naturelles et des biens communs, éco & bio producteurs et de nombreuses autres initiatives y participeront et présenteront leur travail.

Le festival, qui est organisé totalement sur une base de bénévoles, offre gratuitement des ateliers très intéressants, des présentations, des discussions et des débats qui visent à nous faire découvrir que «un autre monde est possible» et chacun d’entre nous est uniquement connecté à l’environnement et  la nature à travers les notions d’autosuffisance, d’autogestion et la solidarité sociale. Lire la suite

Rassemblement jeudi 19/09/13 à 19H à la place St Michel suite à l’assassinat de Pavlos Fyssas, militant antifasciste

Après Clément Méric en France, Paulos Fyssas en Grèce.
No Pasaran !
pavlos fyssasLe musicien de hip-hop et militant antifasciste Pavlos Fyssas est mort. Il a été froidement assassiné par un membre du parti Néo-nazi, Aube Dorée le 17/09/2013. L’antifasciste a reçu des coups de couteau directement au niveau du cœur devant de dizaines des personnes avec la tolérance des forces policières qui ont refusé d’intervenir.
Cet assassinat intervient cinq jours seulement après l’attaque meurtrière des néonazis d’Aube Dorée contre des militants du PC grec qui faisaient un collage dans un quartier ouvrier de Pirée. Ces événements font partie d’une grande série des agressions, des ratonnades et des assassinats des immigrants et des militants antifascistes qui ont eu lieu pendant les dernières années.
Dans un pays où le taux du chômage atteint 28%, où la plupart des travailleurs sont soit licenciés soit au chômage technique, où le 20% de la population vit sous le seuil de pauvreté, les néonazis en pleine collaboration avec le gouvernement grec poursuivent une attaque contre l’ennemi intérieur. Chaque travailleur qui ne baisse pas la tête devant les attaques du capital, chaque immigrant qui essaie de gagner sa vie, chaque femme qui défend ses droits, chaque résistance contre la politique gouvernementale est qualifié « d’ennemi intérieur ». L’Aube Dorée est devenu l’amortisseur parfait de la colère populaire née par le désastre humanitaire provoqué par le gouvernement et la Troïka.
Le gang d’assassins a « bien » choisi les dates des attaques. Au moment où les enseignants menacés de licenciement descendent dans la rue avec une participation à la grève qui monte à 90%, au moment où les travailleurs d’autres secteurs rejoignent les enseignants en lutte, les néonazis jouent le seul rôle qu’ils connaissent depuis 70 ans, celui de l’écrasement de chaque voix libre.
La mort de Pavlos Fyssas n’est pas en vain. Elle rend plus décisives la lutte antifasciste et la lutte des travailleurs contre le gouvernement, la Troïka et l’Aube Dorée, le bras dur du capitalisme.
Les morts de Clément Méric et de Pavlos Fyssas doivent être les derniers crimes des criminels fascistes et néonazis.
Ni en France, ni en Grèce !
Le fascisme, No pasaran !
Solidarité internationale !
premiers signataires :
Initiative des étudiants-es et travailleurs-euses grec-ques à Paris, ANTARSYA-France, SYRIZA-Paris
ATTAC, CADTM, Collectif de Taksim (Paris), Compagnie Erinna, Égalité, FASE, Front Populaire Tunisie (Paris), Gauche Anticapitaliste, Gauche Unitaire, IPAM, Les Alternatifs, Mouvement de la Paix, Les efFRONTé-e-s, NPA, PCF, PCOF, PG, SNJ-CGT, Solidarité Normandie-Grèce, SUD-BPCE, VISA …

Soutenez la lutte des enseignants en grève

 

grève

Le conseil d’administration de OLME (la fédération de professeurs de l’enseignement sécondaire) a décidé (aussi sur la base de la décision récente des présidents des ELMEs, voire les associations locales des professeurs) de créer un fonds de grève. OLME va contribuer une grande somme à ce fonds en provenance de son fonds de solidarité. ll y aura aussi des tickets de 1 euro, 2 euros ou 5 euros, qui seront vendus pour soutenir la lutte des enseignants. Les tickets seront distribués par les Conseils d’administration des associations locales.

Ceux qui le souhaitent, peuvent soutenir financièrement leur lutte en faisant un transfer directement au compte suivant :
ALPHABANK
IBAN: GR31 0140 1140 1140 0200 2005 457
BIC/SWIFT: CRBAGRAA
Le fonds sera géré directement par le Conseil d’administration et le comité d’audit de OLME, à travers les ELMEs. Le soutien financier concerne les collègues en grève qui, durant celle ci, seront en situation économique difficile. Nous faisons appel aux conseils d’administration des ELMEs à s’adresser aux citoyens et aux travailleurs, mais aussi à toutes les organisations locales pour demander le soutien à la lutte.
Le Conseil d’administration de OLME appelle au soutien de toutes les organisations syndicales du secteur public et privé ainsi que à toutes les organisations d’enseignants partout dans le monde.