Un référendum marqué par les différences de classes sociales.

Hier les grecs ont voté majoritairement à 61,37% contre les mesures d’austérités qui leurs sont proposées. Le même type de mesures qui ont prouvé leur inefficacité à sortir le pays de la crise depuis 6 ans.

Le « Non » s’impose dans toutes les régions du pays. Les plus hauts pourcentage en sa faveur sont enregistrés en Crète (69,9%) et dans les îles Ioniennes (67,7%). La plus petite différence avec le « Oui » dans le Péloponnèse avec 57% des suffrages pour le Non.

Il a noté que le pourcentage du « Non » dans toutes les îles grecques, en pleine saison touristique pourtant, se situe au dessus de la moyenne nationale.

Les centres urbains ont votés majoritairement  « Non ». Patras, Héraklion (Plus grosse ville de Crète) ou Volos ont voté à hauteur de 70% « Non ». Dans les deux plus grandes villes du pays : Athènes et Thessalonique le « Non » devance le « Oui » avec une avance moins importante que le reste du pays.

En regardant les résultats de plus prêt on voit que dans les quartiers les plus aisés de la capitale (circonscription A’ Athénes) le « Non » remporte 53,5% des votes alors que dans le reste de la capitale (circonscription B’ Athènes) le « Non remporte 58% des suffrages.

On est tenté de continuer cette lecture par classes sociales du « Non » et du « Oui » dans l’agglomération Athénienne . Cette lecture « socialisée » à des limites vu que l’on se base sur une donnée géographique (Résultats dans les villes où sont considérées habiter les plus aisés ou les plus pauvres) et non sociale (différencier les votants à travers leur CSP ou leurs revenus par exemple).

Les communes où vivent les classes sociales les plus aisées de l’agglomération Athènienne (au Nord-Est et au Sud-Est) ont voté majoritairement « Oui » (le « Oui » l’emporte à Ekali avec 85%, suivent Filothei 71%, Dionysos : 70% et Vouliagmeni 66%) alors que le « Non » l’emporte très majoritairement dans les communes populaires du Sud-Ouest et de l’Ouest de l’agglomération (Aspropyrgos : 79%, Phylé : 77%, Perama : 76%).

A noter, certaines villes où le « Non » a été le plus fort sont aussi des villes où Aube Dorée » (le parti néo nazi) a obtenu le plus de suffrages aux élections parlementaires de janvier 2015 (SYRIZA avait aussi obtenu de très bon scores dans ces villes). Aube Dorée récoltait un 6,28% au niveau national alors qu’à Aspropyrgos : 14%, Phylé : 11% et à Perama : 9%. Perama, la ville où des militants d’Aube Dorée ont assassiné le rappeur P. Fissas en 2013.

Le monde a cartographié une partie des résultats pour l’agglomération Athénienne  :

http://www.lemonde.fr/europe/infographie/2015/07/07/athenes-fracturee-par-la-crise_4673701_3214.html`

Ce post est une traduction libre et commenté de l’article suivant :

https://www.efsyn.gr/arthro/entona-taxiko-dimopsifisma

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s