La Grèce et l’Espagne ont aidé l’Allemagne d’après-guerre à se reconstruire : cherchez la différence, par Nick Dearden

source : http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2013/feb/27/greece-spain-helped-germany-recover, traduction : http://cadtm.org/La-Grece-et-l-Espagne-ont-aide-l

Allemagne 1923, rationnement alimentaire

Allemagne 1923, rationnement alimentaire

L’Allemagne a émergé de la seconde guerre mondiale en supportant encore des dettes originaires de la première guerre mondiale : les réparations imposées au pays suite à la conférence de paix de Versailles en 1919. Beaucoup, y compris John Maynard Keynes, ont fait valoir que ces dettes impayables et les politiques économiques qui en découlaient ont conduit à la montée du nazisme et à la seconde guerre mondiale.

En 1953, l’Allemagne avait également des dettes due aux prêts pour la reconstruction effectués immédiatement après la fin de la seconde guerre mondiale. Parmi les créanciers de l’Allemagne, on trouvait la Grèce et l’Espagne, le Pakistan et l’Egypte, ainsi que les États-Unis, le Royaume-Uni et la France.

La dette allemande était bien inférieure aux niveaux observés en Grèce, en Irlande, au Portugal et en Espagne d’aujourd’hui, et ne représentait qu’un quart du revenu national. Mais même à ce niveau, la préoccupation était vive que le service de la dette obligerait à utiliser de précieuses recettes en devises et mettraient en danger la reconstruction. Lire la suite

Solidarité avec Moisis Litsis, journaliste et responsable syndical grec, menacé par les fascistes

litsis1 (1)

Communiqué unitaire

Solidarité avec Moisis Litsis, journaliste et responsable syndical grec, menacé par les fascistes.

 L’offensive néonazie en Grèce, après avoir ciblé les immigrés,  s’attaque maintenant à des animateurs syndicaux ou journalistes qui ont le tort d’avoir des origines juives. Le journal fasciste grec Stohos (: Cible) vient de publier une « notice biographique » de Moisis Litsis, sous le titre : « Le Syndicat des journalistes grecs a un Juif comme trésorier ». Le journaliste  Moisis Litsis a été un des principaux animateurs de la grève exemplaire de huit mois des travailleurs du quotidien Elefterotypia, et un des fondateurs du Comité grec contre la dette, associé au Comité pour l’abolition de la dette du tiers-monde (CADTM). Dans un style raciste et antisémite affiché,  Stohos écrit : « Dans les assemblées générales du Syndicat des journalistes,  à la place de parler des problèmes des journalistes grecs, Moisis Litsis aime parler de l’holocauste juif et de la nécessité de condamner l’Aube dorée ».  

Nous voulons manifester notre solidarité avec le syndicaliste et journaliste grec Moisis Litsis, et son combat contre le groupe néonazi Aube dorée. C’est une affaire qui concerne tous les syndicalistes, les démocrates, les antiracistes et les antifascistes,  où qu’ils soient.

Signataires :

Alternative Libertaire, Antarsya-France, Association Memorial 98, Association pour l’autogestion, ATTAC-France, CADTM-France, Editions Syllepse, Euromarches, Fédération Anarchiste, Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique, Fondation Copernic, Féministes pour une Autre Europe, Gauche Anticapitaliste, Initiative des étudiants et travailleurs grecs à Lyon et à Paris, Initiative des grec(que)s de Grenoble, L’Appel des appels, Les Alternatifs, Ligue des Droits de l’Homme, Mouvement pour le socialisme/Bewegung für sozialismus (Suisse), Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti de Gauche, Parti Communiste des Ouvriers de France, République et Socialisme, Solidaires, Syriza-Paris, Syndicat national des journalistes CGT, UL-CGT et CGT cadres de Bobigny, USI-CGT, Vigilance Initiatives Syndicales Antifascistes… Lire la suite

Les nouveaux noms séparateurs et les populations superflues, par Dimitri Vergetis

L’article est extrait du numéro 39 de la revue Lignes, intitulé Le devenir grec de l’Europe néolibérale. Il a été publié aussi :  http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/210213/les-populations-superflues. Ici on reprend son titre initial.

l'opération a réussie, le patient est mort

l’opération a réussie, le patient est mort

En Grèce, « forcée de fournir le portrait anticipé de ce à quoi vont devoir ressembler les sociétés occidentales, remaniées sous la férule du néolibéralisme déchaîné » se dessine « une nouvelle biopolitique de l’espèce », « chargée d’assainir le corps social de toutes les existences parasitaires ». 

Depuis 2007 la crise sévit. Voici, d’emblée précisé, le noyau de notre thèse : ce qu’on peut lire en filigrane dans les descriptions et analyses savantes de la crise économique, c’est la mise en place, discrète mais décisive, par le néolibéralisme déchaîné, des prémisses d’une nouvelle biopolitique de l’espèce humaine.

La Grèce : un cas ou un paradigme ?

Commençons par la Grèce. Depuis près de trois ans la société grecque, lentement mais inéluctablement, se délite. Elle se délite sous l’onde de choc de politiques d’austérité d’une brutalité inédite dans l’histoire économique de l’Occident en période de paix. La grande crise de 1929 fait d’ores et déjà pâle figure devant les effets cumulés de la récession qui frappe la Grèce. La causalité sous-jacente à ce désastre, telle qu’elle est mise en récit par les experts et la presse internationale, est régulièrement identifiée à l’explosion de la dette souveraine et au tarissement des ressources budgétaires, suite à une gestion calamiteuse, irresponsablement menée par une classe dirigeante incompétente et compulsivement illustrée par de hauts faits de corruption. Lire la suite

« Le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde », par CADTM International

http://cadtm.org/Le-ventre-est-encore-fecond-d-ou-a

litsis1 (1)

Face aux menaces racistes directes du parti nazi Aube Dorée envers un des membres fondateur du CADTM Grèce, Moisis Litsis*, le réseau international du CADTM tient à rappeler la gravité de la montée du fascisme, conséquence directe des dégradations sociales imposées par les créanciers au nom de la priorité affirmée au remboursement de la dette sur les droits humains fondamentaux.

Le magazine néo-fasciste « Stohos » a édité « une note biographique » de Moisis mentionnant toutes ses activités politiques et syndicales pendant les deux dernières décennies. Sous le titre« L’ESIEA (l’union des journalistes) a un juif comme trésorier », on poursuit la diffamation clairement raciste avec la déclaration suivante : « Il parle parfaitement hébreu, il adore l’Israël bien qu’il se déclare (mais qui peut le croire ?) antisioniste ! … Aux assemblées générales de l’ESIEA, au lieu de parler des problèmes des journalistes grecs, Moisis Litsis aime parler de l’holocauste juif et de la nécessité de condamner l’aube dorée »Lire la suite

Message de solidarité des travailleurs de Kouta Steel (Egypte) aux travailleurs de Vio.Me

source:http://ergasiakodeltio.wordpress.com/

Message of Solidarity From the workers of Kouta Steel Factory in Egypt To the workers of Vio.Me Industrial Minerals Factory in Greece!

Kouta

We, the workers of Kouta Steel Factory, Tenth of Ramadan City, Egypt, have followed the events taking place in Vio.Me industrial minerals factory in Thessaloniki, Greece. We learned that the factory owner had fled, and that a general assembly of the workers decided to place the factory under workers’ self-management. Hence the factory was reopened on February 12th, 2013, as a cooperative under workers’ management.
We would like to share with you our experience and struggle that began about one and a half years ago, during which the independent trade union stood at the forefront of the fight. This included sit-ins and legal battles through the Prosecutor-General’s office and the ministry of labour. The struggle culminated with an epoch-making decision by the Prosecutor-General last August approving their right to place the factory under workers’ self-management and authorising engineer Mohsen Saleh to manage the factory. It is worth-noting that the owner had fled earlier without paying the workers since last March.
The process has not gone free of obstacles and difficulties since then, starting with arduous negotiations with Gas and Electricity companies in order to schedule the factory’s debts which amount to $2.6 million and $0.9 million to both companies respectively. The workers have given a lesson in self-sacrifice as they decided to deduct half their wages to be used in purchasing raw materials (pallets).
We are now taking the final steps to resume the production process after having reconnected gas and electricity. The Kouta Steel Factory workers are all one in heart and mind, adamant to improve the factory and proceed with our experiment till the end.
Though a thousand miles away from Greece, we send our strongest expression of solidarity and support to the workers of Vio.Me and to their newborn experiment in self-management. We also declare our absolute rejection of the austerity measures that affect first and foremost the working class, whether in Greece or here in Egypt.
We invite Vio.Me workers to start and exchange of our experiences in struggle, so that we can benefit from lessons learned from both experiments in self-management. Millions of workers are looking at us as a concrete reality and an awaited dream.
Long Live Workers Struggle!
Long Live the struggle of the Vio.Me and Kouta Workers!
Chairman of the Independent Trade Union Chairman of the Board
Ahmad Shaarawy Mohsen Saleh

À l’attention du Président François Hollande en visite en Grèce

APTOPIX France Hollande Olympics

À Paris, le 18 février 2013

Monsieur le Président de la République Française,

Nous, étudiants et travailleurs grecs à Paris,

Nous, citoyens animés par le désir de démocratie, de justice sociale et d’humanité, membres de différents collectifs ou militants à titre individuel,

Souhaitons attirer votre attention sur la portée de votre visite imminente en Grèce.

Le gouvernement grec poursuit une politique de démolition des droits sociaux acquis depuis des décennies et accélère la ruine économique du pays, plongeant des millions de citoyens grecs dans la détresse.

Cette entreprise néfaste, contraire aux règles parlementaires et constitutionnelles, ainsi qu’à de nombreuses décisions judiciaires de première instance ou de juridictions supérieures, s’effectue avec l’alibi de la situation d’otage dont argue ledit gouvernement et la caution d’instances étrangères – la fameuse « Troïka » : FMI, BCE et UE. Lire la suite

Antinazisme et protection sociale, par Pascal Franchet

http://cadtm.org/Antinazisme-et-protection-sociale

9b2c4b44fb86522964124ed80d03c5e8_xl

La juxtaposition des 2 termes peut sembler surprenante et pourtant, il y a bien un lien direct entre la lutte contre le nazisme et la défense de la protection sociale. En effet, la sécurité sociale n’est pas une question comptable ou technique mais est d’abord et avant tout une question politique de répartition des richesses aux conséquences sociales considérables.

Il suffit de regarder du coté de la Grèce pour en apprécier l’importance.
Le délitement sciemment provoqué de la société grecque induit la mise à mort de la protection sociale et des droits démocratiques. Plus d’un tiers de la population n’a aujourd’hui plus du tout de sécurité sociale et cette proportion va augmenter avec le dernier « paquet » de mesures imposées par le FMI, la BCE et la Commission Européenne, au nom de la priorité (devenue constitutionnelle depuis février 2012), donnée aux créanciers de la dette publique.
Le chiffre des 2/3 est souvent avancé.
Faute de pouvoir avoir accès aux traitements ou à des opérations chirurgicales devenues trop onéreuses, des dizaines de milliers de personnes y renoncent. Les budgets des hôpitaux sont amputés de 40% et sont souvent dépourvus du matériel élémentaire (gants, compresses, etc.) . On dénombre aujourd’hui une vingtaine de décès directement imputables à cette ségrégation par l’argent. Lire la suite