Non à la fermeture d’ERT ! Pour un audiovisuel public de qualité !

ert-1

Le gouvernement grec a annoncé hier la fermeture, en l’espace de moins de 12h, de l’organisme de l’audiovisuel public (ERT*) sous prétexte d’ « assainissement et de restructuration ». A l’aide des forces de police, toute émission a cessé avant minuit. Engageant une épreuve de force inédite, cette décision, appliquée par simple décret ministériel, entraine le licenciement direct de 2656 travailleurs et la suppression de presque 4000 postes au total. Inspirée par les consultants du Premier Ministre Antonis Samaras, la fermeture n’a été applaudi que par la Nouvelle Démocratie et l’Aube Dorée ! Tous les autres partis (SYRIZA, Grecs Indépendants et KKE de l’opposition, PASOK et DIMAR de la majorité) l’ont désapprouvée.

La fermeture survient au moment où les commissaires de la troïka sont à Athènes, alors que le gouvernement grec devrait remplir jusqu’à fin juin l’objectif assigné par les créanciers de la Grèce de supprimer 2000 emplois publics. L’épisode vient se rajouter à la longue liste du démantèlement progressif des services publics, en vertu des « plans de sauvetage » et des cures d’austérité auxquels sont soumis les peuples. Et pourtant, le mercredi 5 juin dans un rapport le FMI faisait son mea culpa en ce qui concerne le premier plan de sauvetage de la Grèce en 2010 et en remettant en cause l’efficacité même de la structure hybride de la troïka, aujourd’hui en charge de quatre plans de sauvetage dans la zone euro. Lire la suite

Solidaires de la résistance populaire en Turquie !

tumblr_mno94dOzYD1qch2goo1_1280
Ces dernières soixante douze heures ont été marquées par une formidable mobilisation populaire en Turquie qui a engrangé d’importants succès malgré une terrible répression policière.
Le point de départ de la mobilisation est un projet du gouvernement et de la mairie d’Istanbul de détruire le parc Gezi sur la place Taksim au cœur de la métropole pour le transformer en un complexe commercial et pseudo-« culturel ». Ce projet écologiquement néfaste et démocratiquement illégitime a suscité une résistance courageuse qui est allée en s’amplifiant.
Le mouvement lie désormais la défense de l’écologie urbaine, les droits démocratiques et la résistance à l’autoritarisme néo-libéral.
Malgré la répression policière qui a d’ores et déjà entraîné plus des centaines de blessés, la mobilisation a réussi à occuper en masse la place Taksim, obligeant la police à se retirer alors que des mouvements similaires se développe dans les autres villes du pays .
Le gouvernement Erdogan et son parti l’AKP montrent une nouvelle fois leur véritable visage : au service des puissants et autoritaire.
Nous saluons le succès de la mobilisation populaire en Turquie !
Nous exprimons notre solidarité aux occupants de la place Taksim et de tous ceux qui se sont joints à leur mobilisation à travers la Turquie.
Nous soutenons tous les manifestants victimes de la barbarie policière et/ou qui subissent des poursuites judiciaires.
Nous appelons à participer aux rassemblements unitaires de solidarité dans toute la France, notamment, à Paris,  le mardi 4 juin, à 19 heures, à la Fontaine des Innocents.
Premières organisations signataires:
Associations et syndicats: Attac, Droit Au Logement, Initiative des travailleurs et étudiants grecs à Paris, Fondation Copernic, Marches Européennes, No Vox, Solidaires, SUD BPCE…
Organisations politiques: Front de Gauche (Convergences et Alternatives, FASE, Les Alternatifs, Gauche Anticapitaliste, Gauche Unitaire, Parti Communiste Français, Parti de Gauche), Nouveau Parti Anticapitaliste…
voici quelques infos, photos et vidéos:

Iérissos, Iérissos !, par Makis Malafékas

http://www.liberation.fr/monde/2013/04/17/ierissos-ierissos_896938

Ierissos

Retenez ce nom, lecteurs avides de justice sociale, de justice tout court. Retenez ce mot qui ne figure nulle part dans les reportages des médias français, citoyens d’un pays où vous devrez bientôt défendre bec et ongles les droits acquis suite à de longues décennies de sacrifices et de luttes, où vous devrez défendre vos biens publics, votre patrimoine commun, votre dignité même face à la déferlante libérale qui se dirige inexorablement vers vous.

Depuis quelque temps, un petit village reculé du nord de la Grèce, Iérissos, est devenu le symbole de la lutte contre l’expropriation des richesses naturelles du pays, planifiée dans le cadre de son présumé sauvetage. La compagnie canadienne «Eldorado Gold» (!), géant mondial de l’exploitation minière, a obtenu de la part du gouvernement de coalition le droit d’ouvrir et d’exploiter des mines d’or, de cuivre et de plomb dans une région protégée à la biodiversité unique, où sont également enfouies des antiquités classiques et byzantines ; tout cela pour une période indéterminée, et au prix d’un «loyer» absolument anecdotique. Selon les conclusions de nombreuses expertises, les procédures d’extraction sur une étendue de plusieurs centaines d’hectares de forêt vierge affecteraient irrémédiablement la nappe phréatique de la région tout entière. Lire la suite

Résistance et solidarité : les Grecs se battent pour rebondir, par Amélie Poinssot

Reportage exemplaire sur RFI concernant les initiatives d’autogestion du Dispensaire Sociale Solidaire de Thessalonique et de l’usine Vio.Me. A écouter et à diffuser sans modération.

logo-rfi

Cela fait maintenant trois ans que la Grèce a connu son premier programme d’austérité, en échange des premiers prêts de l’Union Européenne et du FMI… Depuis, les mesures de rigueur se sont multipliées, visant, de fait, les classes moyennes plutôt que les responsables – et elles ont ainsi contribué à enfoncer chaque jour davantage le pays dans la récession. Avec 26% de taux de chômage aujourd’hui, c’est désormais la pauvreté qui gagne une partie de la population. Mais, de nombreux Grecs ne se laissent pas abattre. Certains ont mis en place des structures autogérées pour pallier un Etat-providence défaillant… ou pour vivre, tout simplement, de leur travail. Ils espèrent développer ainsi un nouveau modèle de société.

A écouter en suivant le lien : http://www.rfi.fr/emission/20130403-resistance-solidarite-grecs-battent-rebondir?fb_action_ids=10151558426384742&fb_action_types=og.recommends&fb_source=other_multiline&action_object_map=%7B%2210151558426384742%22%3A355339664586596%7D&action_type_map=%7B%2210151558426384742%22%3A%22og.recommends%22%7D&action_ref_map=%5B%5D

Articles liés :

« Solidarité France-Grèce pur la Santé » http://solidaritefrancogrecque.wordpress.com/

« L’usine Vio.Me. commence sa production sous contrôle ouvrier ! » https://initiativegrecqueaparis.wordpress.com/2013/02/14/lusine-vio-me-commence-sa-production-sous-controle-ouvrier/

Message de solidarité des travailleurs de Kouta Steel (Egypte) aux travailleurs de Vio.Me

source:http://ergasiakodeltio.wordpress.com/

Message of Solidarity From the workers of Kouta Steel Factory in Egypt To the workers of Vio.Me Industrial Minerals Factory in Greece!

Kouta

We, the workers of Kouta Steel Factory, Tenth of Ramadan City, Egypt, have followed the events taking place in Vio.Me industrial minerals factory in Thessaloniki, Greece. We learned that the factory owner had fled, and that a general assembly of the workers decided to place the factory under workers’ self-management. Hence the factory was reopened on February 12th, 2013, as a cooperative under workers’ management.
We would like to share with you our experience and struggle that began about one and a half years ago, during which the independent trade union stood at the forefront of the fight. This included sit-ins and legal battles through the Prosecutor-General’s office and the ministry of labour. The struggle culminated with an epoch-making decision by the Prosecutor-General last August approving their right to place the factory under workers’ self-management and authorising engineer Mohsen Saleh to manage the factory. It is worth-noting that the owner had fled earlier without paying the workers since last March.
The process has not gone free of obstacles and difficulties since then, starting with arduous negotiations with Gas and Electricity companies in order to schedule the factory’s debts which amount to $2.6 million and $0.9 million to both companies respectively. The workers have given a lesson in self-sacrifice as they decided to deduct half their wages to be used in purchasing raw materials (pallets).
We are now taking the final steps to resume the production process after having reconnected gas and electricity. The Kouta Steel Factory workers are all one in heart and mind, adamant to improve the factory and proceed with our experiment till the end.
Though a thousand miles away from Greece, we send our strongest expression of solidarity and support to the workers of Vio.Me and to their newborn experiment in self-management. We also declare our absolute rejection of the austerity measures that affect first and foremost the working class, whether in Greece or here in Egypt.
We invite Vio.Me workers to start and exchange of our experiences in struggle, so that we can benefit from lessons learned from both experiments in self-management. Millions of workers are looking at us as a concrete reality and an awaited dream.
Long Live Workers Struggle!
Long Live the struggle of the Vio.Me and Kouta Workers!
Chairman of the Independent Trade Union Chairman of the Board
Ahmad Shaarawy Mohsen Saleh

L’usine Vio.Me. commence sa production sous contrôle ouvrier !

source : http://www.viome.org/p/francais.html,

traduction : http://alencontre.org/europe/grece/greces-lusine-vio-me-commence-sa-production-sous-controle-ouvrier.html

« Vous ne le pouvez pas ? Nous, nous le pouvons ! »

« Vous ne le pouvez pas ? Nous, nous le pouvons ! »

«Nous sommes ceux qui pétrissent et nous n’avons pourtant pas de pain,

nous sommes ceux qui extraient le charbon et nous avons pourtant froid.

Nous sommes ceux qui ne possèdent rien
et nous arrivons pour prendre le monde»


Tassos Livaditis (poète grec, 1922-1988)

Au cœur de la crise, les travailleurs de Vio.Me. [1] visent le cœur de l’exploitation et de la propriété. Alors que le taux de chômage atteint 30% en Grèce,alors que le revenu des travailleurs est nul, fatigués et irrités par des phrases pompeuses, des promesses et de nouveaux impôts, sans salaire depuis mai 2011 et sans travail du fait de l’abandon de l’usine par leurs employeurs, les travailleurs de Vio.Me, à la suite d’une décision prise lors de leur assemblée générale, ont fait part de leur détermination à ne pas devenir les proies d’un chômage permanent mais plutôt de lutter afin de s’approprier l’usine et de la faire fonctionner eux-mêmes. En octobre 2011, par le biais d’une proposition officielle, ils ont revendiqué la constitution d’une coopérative ouvrière, demandant une reconnaissance légale pour leur propre coopérative ainsi que pour celles qui suivront. Ils ont revendiqué, en parallèle, l’argent nécessaire pour faire fonctionner l’usine. Cet argent leur appartient quoi qu’il en soit puisque se sont eux qui produisent la richesse de la société. Le plan qu’ils ont établi n’a rencontré qu’indifférence de la part de l’Etat et des bureaucraties syndicales. Il a toutefois rencontré l’enthousiasme au sein des mouvements sociaux, lesquels ont lutté au cours des derniers six mois pour répandre le message de Vio.Me. à l’ensemble de la société, cela par la création de l’Open Initiative of Solidarity à Thessalonique, puis par la mise sur pied d’initiatives identiques dans beaucoup d’autres villes. Lire la suite

Pendant que les fascistes assassinent, l’État grec réprime les contestations sociales

par des membres du Réseau de Solidarité et d’Information pour l’Action Antifasciste et Antirépressive en Grèce

villa mon amour

Le jeudi 17 janvier deux fascistes, visiblement liés à l’organisation fasciste Aube Dorée, ont assassiné à coups de couteaux Sahtzat Loukman, un immigré pakistanais de 27 ans à Athènes. Ce nouveau crime raciste vient s’ajouter à une longue liste d’attaques et de violences contre les travailleurs immigrés en Grèce (1).

Alors que les fascistes peuvent frapper librement, voire avec le soutien de la police, le gouvernement s’acharne contre plusieurs squats politiques et sociaux dans les quartiers populaires d’Athènes, procédant à leur évacuation par les forces de la police sous prétexte de lutte contre le trafic de drogues ! En réalité, le gouvernement veut faciliter l’action de l’Aube Dorée, freinée dans sa progression dans ses quartiers par la résistance des squats en question (2).

Une vague de répression s’abat sur toute forme de résistance en Grèce sur fond de mobilisations contre l’application des mesures d’austérité, leurs effets dévastateurs et la montée des idées xénophobes et fascistes.  Lire la suite