Grèce Le seul espoir : la solidarité active et résister toutes ensemble !, par Sonia Mitralias

http://cadtm.org/Le-seul-espoir-la-solidarite

feministiko_blog_600_203795_352319

La tournée féministe qui a eu lieu récemment dans une dizaine de villes en France a permis aux femmes du Portugal, d’Espagne, de Grèce, d’Angleterre, de Hongrie et de France de dessiner une première fresque du gâchis humain, causé par les politiques des créanciers qui empêchent l’application des droits humains, sèment des crises humanitaires et le chaos en Europe. Le témoignage de ces femmes sonne l’alarme et nous prévient de ce que pourrait être bientôt le sort de nous toutes. Voici le texte de la participation de Sonia Mitralia.

En Grèce, nous femmes sommes en train de subir une régression historique sans précédent de nos droits et de notre vie quotidienne.
Et voila tout de suite en quoi se résume cette vie quotidienne dans la Grèce au temps de la Troïka : extrême insécurité et misère, répression et dépendances, violences, exclusion de l’accès aux soins et… désespoir !

Désespoir parce que la Troïka et ces serviteurs locaux persistent, sadiquement, encore et encore avec cette politique catastrophique et improductive qui a déjà démoli l’État Providence en moins de trois ans, a fait exploser l’économie, a provoqué la récession, le chômage de masse… Lire la suite

Le FMI promet un sombre avenir aux Grecs, par Giorgos Delastik

http://www.okeanews.fr/le-fmi-promet-un-sombre-avenir-aux-grecs-par-giorgos-delastik/

Dark_night-500x312

Si le rapport du FMI sur la Grèce publié vendredi 18 janvier prend acte des ravages de l’austérité sur la population et l’économie du pays, il appelle pourtant à poursuivre coûte que coûte le programme de coupes sociales et de privatisations, analyse Giorgos Delastik.

 

Sur le plan économique, les gouvernements Papadreou, Papadimou et Samaras ont taillé en pièces les travailleurs et les retraités, et ont « désossé » avec une sauvagerie fiscale inédite le peuple grec. C’est ce que reconnaît le FMI lui-même (!) dans son rapport sur l’économie grecque qui a été rendu public.

La comparaison effectuée par le FMI avec les autres pays de la zone euro sous tutelle de la Troïka est extrêmement révélatrice. Sur le programme global de coupes en Grèce, 80 pour cent proviennent des réductions faites dans les salaires et dans les retraites, et de la restriction ou de la suppression des dépenses sociales.  Dans les autres pays « troïkanisés », en revanche, le montant correspondant représente 60 pour cent de l’ensemble des coupes. En dépouillant les Grecs ces dernières années sur le plan fiscal, les impôts directs et les « rançonnements » successifs en sont venus à représenter 54 pour cent des recettes de l’Etat, tandis qu’ils constituent 46 pour cent chez les pays européens touchés par les mêmes maux. Lire la suite

En Espagne ou en Grèce, les réformes du marché du travail ont encore aggravé le chômage, par Ludovic Lamant

http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/110113/en-espagne-ou-en-grece-les-reformes-du-marche-du-travail-ont-encore-agg

François Hollande l’a déclaré le 10 décembre lors d’un déplacement à Oslo « La crise de la zone euro, je l’ai déjà dit, elle est derrière nous.(…) Et donc tout ce que nous avons à faire, ce n’est plus simplement de sortir de la crise de la zone euro : c’est fait. » Le président français a-t-il pêché par optimisme, sous le coup du prix Nobel de la paix que les dirigeants européens venaient de recevoir ?

Dans un entretien publié en début de semaine sur Mediapart, qui tranche avec l’analyse de l’exécutif français, l’économiste André Orléan rappelait à quel point les incertitudes pesant sur l’avenir de la zone euro restaient vives, en cette année 2013. Au même moment, Eurostat a publié des chiffres une fois de plus alarmants, avec un taux de chômage historique, à 11,8 % dans la zone euro, pour le mois de novembre dernier. Lire la suite

La grande fumée d’Athènes?

Athènes étouffé dans la fumée

Photo price le soir du 16 Décembre montrant un nuage de suie au-dessus de la ville d’Athènes. L’augmentation sans precedent  du prix du petrol à transformé Athènes à une chambre à gaz (à cause de la fumée produite par le chauffage au bois). Un experiment au détriment de la santé de tous.

La dette grecque à la lumière du droit constitutionnel et du droit international, par George Katrougalos

http://cadtm.org/La-dette-grecque-a-la-lumiere-du

George Katrougalos est professeur de droit public à l’Université Démocrite. Traduction Hélène Tagand en collaboration avec Virginie de Romanet

image001

A – La crise grecque, ses origines, ses causes et ses prétendus remèdes, les « mémorandums »

La crise grecque est le produit de trois facteurs convergents :

a) la crise généralisée du capitalisme néolibéral, en raison de l’échec systématique de la dérèglementation financière et de la « libéralisation » du travail ;

b) la construction déséquilibrée de l’Union monétaire européenne et l’abandon progressif du modèle social européen au profit d’un système néolibéral de gestion sociale ;

c) un système politique corrompu, fruit d’une relation perverse entre les élites politiques et économiques et d’un réseau corrompu de politiques clientélistes qui connaissait déjà une crise profonde avant le plan de sauvetage.

Cependant, en dépit de ce système politique pathologique, la crise grecque devrait être davantage vue comme un aspect de la crise du capitalisme européen, qui se fait jour sous différentes facettes dans plusieurs pays et reflète les faiblesses structurelles spécifiques à chacun d’eux : la surexposition bancaire en Irlande, la bulle immobilière en Espagne, la dette publique excessive en Grèce. Lire la suite