Dispensaires sociaux grecs, interview de Giorgos Vichas par Benoît Borrits

http://www.autogestion.asso.fr/?p=2891 et http://www.regards.fr/web/nouvel-article,6412

Giorgos Vichas, médecins et animateur du dispensaire social d'Ellinikon-Athènes

Giorgos Vichas, médecins et animateur du dispensaire social d’Ellinikon-Athènes

En visite en France pour la première initiative publique du Collectif « Solidarité franco-grecque pour la santé » en faveur des dispensaires sociaux, le Docteur Giorgos Vichas nous explique les origines de ce mouvement.

Docteur Giorgos Vichas, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je suis un cardiologue travaillant dans le système national de santé et je viens ici au titre de responsable du Dispensaire social métropolitain d’Ellinikon à Athènes. Le dispensaire social est une initiative de médecins bénévoles visant à assurer des soins à des patients sans sécurité sociale, sans emploi et sans ressource. En décembre 2011, après le Mémorandum de l’Union européenne, les personnes sans sécurité sociale ont été exclues du système de santé et se sont trouvées dans l’impossibilité de recourir à un médecin : c’est dans ce cadre que le dispensaire a été créé. Il faut savoir qu’au-delà d’une année de chômage, on n’est plus assuré en Grèce. Par ailleurs, pour les assurés, la part à la charge des patients pour la plupart des pathologies est passée de 10 à 25 voire 30 % des traitements. Les dispensaires sociaux grecs estiment qu’aujourd’hui, de 35 à 40 % de la population n’est plus couverte par la sécurité sociale. Lire la suite

Du champ à l’assiette, en Grèce les initiatives se multiplient !, par Roxanne Mitralias

http://www.autogestion.asso.fr/?p=2690

rox1 Semences locales et biodiversité, agriculture biologique, permaculture et agroécologie, réseaux de producteurs-consommateurs, jardins urbains autogérés et cuisines collectives : les grecs s’approprient leur agriculture et leur alimentation !

C’est dans un contexte difficile pour les agriculteurs (voir en fin d’article) et les consommateurs 1 que naissent ou se consolident des initiatives pour former et informer sur d’autres modes de production agricoles, plus écologiques mais aussi plus économes. D’une manière générale, ces initiatives visent une nouvelle population plutôt jeune qui cherche à la fois un échappatoire économique et un projet de vie. Depuis quelque temps, il semblerait qu’on assiste à un retour à la terre, et même s’il ne s’agit pas d’un phénomène social de masse (40 000 agriculteurs de plus pendant la période 2009-2010), une aspiration à un rapprochement à la vie agricole et rurale semble s’ancrer dans une majorité de la population (sondage Kappa Research, 70% des sondés désirent s’installer à la campagne). Lire la suite

Message de solidarité des travailleurs de Kouta Steel (Egypte) aux travailleurs de Vio.Me

source:http://ergasiakodeltio.wordpress.com/

Message of Solidarity From the workers of Kouta Steel Factory in Egypt To the workers of Vio.Me Industrial Minerals Factory in Greece!

Kouta

We, the workers of Kouta Steel Factory, Tenth of Ramadan City, Egypt, have followed the events taking place in Vio.Me industrial minerals factory in Thessaloniki, Greece. We learned that the factory owner had fled, and that a general assembly of the workers decided to place the factory under workers’ self-management. Hence the factory was reopened on February 12th, 2013, as a cooperative under workers’ management.
We would like to share with you our experience and struggle that began about one and a half years ago, during which the independent trade union stood at the forefront of the fight. This included sit-ins and legal battles through the Prosecutor-General’s office and the ministry of labour. The struggle culminated with an epoch-making decision by the Prosecutor-General last August approving their right to place the factory under workers’ self-management and authorising engineer Mohsen Saleh to manage the factory. It is worth-noting that the owner had fled earlier without paying the workers since last March.
The process has not gone free of obstacles and difficulties since then, starting with arduous negotiations with Gas and Electricity companies in order to schedule the factory’s debts which amount to $2.6 million and $0.9 million to both companies respectively. The workers have given a lesson in self-sacrifice as they decided to deduct half their wages to be used in purchasing raw materials (pallets).
We are now taking the final steps to resume the production process after having reconnected gas and electricity. The Kouta Steel Factory workers are all one in heart and mind, adamant to improve the factory and proceed with our experiment till the end.
Though a thousand miles away from Greece, we send our strongest expression of solidarity and support to the workers of Vio.Me and to their newborn experiment in self-management. We also declare our absolute rejection of the austerity measures that affect first and foremost the working class, whether in Greece or here in Egypt.
We invite Vio.Me workers to start and exchange of our experiences in struggle, so that we can benefit from lessons learned from both experiments in self-management. Millions of workers are looking at us as a concrete reality and an awaited dream.
Long Live Workers Struggle!
Long Live the struggle of the Vio.Me and Kouta Workers!
Chairman of the Independent Trade Union Chairman of the Board
Ahmad Shaarawy Mohsen Saleh

L’usine Vio.Me. commence sa production sous contrôle ouvrier !

source : http://www.viome.org/p/francais.html,

traduction : http://alencontre.org/europe/grece/greces-lusine-vio-me-commence-sa-production-sous-controle-ouvrier.html

« Vous ne le pouvez pas ? Nous, nous le pouvons ! »

« Vous ne le pouvez pas ? Nous, nous le pouvons ! »

«Nous sommes ceux qui pétrissent et nous n’avons pourtant pas de pain,

nous sommes ceux qui extraient le charbon et nous avons pourtant froid.

Nous sommes ceux qui ne possèdent rien
et nous arrivons pour prendre le monde»


Tassos Livaditis (poète grec, 1922-1988)

Au cœur de la crise, les travailleurs de Vio.Me. [1] visent le cœur de l’exploitation et de la propriété. Alors que le taux de chômage atteint 30% en Grèce,alors que le revenu des travailleurs est nul, fatigués et irrités par des phrases pompeuses, des promesses et de nouveaux impôts, sans salaire depuis mai 2011 et sans travail du fait de l’abandon de l’usine par leurs employeurs, les travailleurs de Vio.Me, à la suite d’une décision prise lors de leur assemblée générale, ont fait part de leur détermination à ne pas devenir les proies d’un chômage permanent mais plutôt de lutter afin de s’approprier l’usine et de la faire fonctionner eux-mêmes. En octobre 2011, par le biais d’une proposition officielle, ils ont revendiqué la constitution d’une coopérative ouvrière, demandant une reconnaissance légale pour leur propre coopérative ainsi que pour celles qui suivront. Ils ont revendiqué, en parallèle, l’argent nécessaire pour faire fonctionner l’usine. Cet argent leur appartient quoi qu’il en soit puisque se sont eux qui produisent la richesse de la société. Le plan qu’ils ont établi n’a rencontré qu’indifférence de la part de l’Etat et des bureaucraties syndicales. Il a toutefois rencontré l’enthousiasme au sein des mouvements sociaux, lesquels ont lutté au cours des derniers six mois pour répandre le message de Vio.Me. à l’ensemble de la société, cela par la création de l’Open Initiative of Solidarity à Thessalonique, puis par la mise sur pied d’initiatives identiques dans beaucoup d’autres villes. Lire la suite

Grèce : la crise au quotidien, par Tassos Anastassiadis et Andreas Sartzekis

http://www.cadtm.org/Grece-la-crise-au-quotidien#.T3grGwhKdFI.facebook

L’enjeu du week-end peut paraître saugrenu : pour la fête nationale du 25 mars, l’objectif du gouvernement PASOK/droite était qu’aucune manifestation n’ait lieu, après celles qui avaient assimilé la fête du 28 octobre (le Non à Mussolini avait été transformé en Non à la troïka !). Mais malgré le déploiement de 7000 policiers dans le centre d’Athènes et des défilés hier comme aujourd’hui devant quasiment personne, les accès étant interdits, la fête du début de la guerre d’indépendance de 1821 a bien pris la forme d’une volonté d’indépendance par rapport au gouvernement aux ordres de la bourgeoisie européenne : enseignants et parents s’affrontant à la police, lycéens dans le défilé refusant de saluer les autorités, et en province, des mairies refusant d’installer des estrades pour les ’’officiels’’ ! Lire la suite

L’hôpital général de Kilkis sous contrôle ouvrier

Les agents hospitaliers de Kilkis, en Grèce, ont occupé leur hôpital local et ont publié une déclaration disant qu’il était désormais entièrement sous contrôle ouvrier.

L’hôpital général de Kilkis en Grèce (Macédoine centrale) est maintenant sous contrôle ouvrier. Les travailleurs hospitaliers ont déclaré que les problèmes qui durent depuis longtemps du Système de santé national (l’ESY) ne pouvaient être résolus. Lire la suite