Le premier mort par grève de la faim en Grèce?

La Grèce sera-t-elle le premier pays européen responsable d’une mort par grève de la faim depuis l’Angleterre de Margaret Thatcher ? Θα γίνει η Ελλάδα η πρώτη χώρα στην Ευρώπη με νεκρό απεργό πείνας από την περίοδο της Μάργκαρετ Θάτσερ;

Σήμερα παρασκευή 26 Φλεβάρη συγκεντρώθηκε μπροστά στο ελληνικό προξενείο του Παρισιού αντιπροσωπεία της πρωτοβουλίας Ελλήνων φοιτητών/φοιτητριών και εργαζομένων στο Παρίσι που ανήρτησε πανό αλληλεγγύης στον αγώνα του απεργού πείνας Δ. Κουφοντίνα. Ακολουθεί το κείμενο στήριξης:

Ο Δημήτρης Κουφοντίνας εκτίει ποινή 11 ισοβίων και κάθειρξης 25 ετών έχοντας καταδικαστεί ως μέλος της οργάνωσης «Επαναστατική Οργάνωση 17 Νοέμβρη». Η 17Ν έδρασε στην Ελλάδα από το 1975 μέχρι το 2002, και είναι υπεύθυνη για 23 δολοφονίες πολιτικών στόχων. Ο Δ. Κουφοντίνας, το 2002, μετά από τη σύλληψη πολλών μελών της 17Ν, παραδόθηκε μόνος του, δηλώνοντας ότι ήταν μέλος της οργάνωσης και αναλαμβάνοντας την πολιτική ευθύνη για τη δράση της, καθώς και την ευθύνη για την πλειοψηφία των δολοφονικών επιθέσεων.

Από το 2002 μέχρι το 2018, ο Δ. Κουφοντίνας κρατήθηκε σε ειδική υπόγεια πτέρυγα των φυλακών Κορυδαλλού (Αθήνα) και έπειτα μεταφέρθηκε σε αγροτικές φυλακές στο Βόλο. Παρότι είχε δικαίωμα άδειας εξόδου από το 2010, για πρώτη φορά πήρε άδεια το 2017, και έως το 2021 άλλες πέντε φορές. Όμως, η υπόθεση της άδειας του Δ. Κουφοντίνα δέχθηκε έντονη και συστηματική πολεμική από συγκεκριμένα τηλεοπτικά μέσα, από την αμερικανική πρεσβεία, αλλά και από πολιτικά πρόσωπα, που με δημόσιες δηλώσεις καταφέρονταν εναντίον του, ζητώντας να διακοπεί η χορήγηση της άδειας. Μεταξύ αυτών ήταν και ο σημερινός πρωθυπουργός, Κυριάκος Μητσοτάκης, ο οποίος κατά την προεκλογική περίοδο είχε δεσμευτεί δημόσια πως θα απέκλειε με νόμο τον συγκεκριμένο κρατούμενο από την άδεια εξόδου, και από τις αγροτικές φυλακές.

Πράγματι τον Δεκέμβρη του 2020, δημοσιεύτηκε ο νόμος 4760/2020, όπου με φωτογραφικές διατάξεις αποκλείεται η χορήγηση άδειας σε καταδικασθέντες για αδικήματα «τρομοκρατίας» καθώς και η παραμονή τους στις αγροτικές φυλακές. Από αυτή την κατηγορία μόνο ο Δ. Κουφοντίνας βρισκόταν σε αγροτικές. Κατά την συζήτηση του νομοσχεδίου στο κοινοβούλιο γινόταν συνεχής ονομαστική αναφορά στο πρόσωπο του. Ο τωρινός πρωθυπουργός της χώρας είναι κουνιάδος του Παύλου Μπακογιάννη που δολοφονήθηκε από την 17Ν το 1989.

Τελικά, ο Κουφοντίνας αντί να μεταφερθεί από τις αγροτικές φυλακές του Βόλου στον Κορυδαλλό, μεταφέρθηκε στις φυλακές Δομοκού χωρίς να υπάρξει καμία ειδοποίηση και χωρίς να προλάβει ούτε να μαζέψει τα πράγματα του ούτε να ειδοποιήσει την οικογένεια του. Έκτοτε του αρνήθηκαν πολλές φορές το νόμιμο δικαίωμα να έχει πρόσβαση στα επίσημα έγγραφα που αφορούν τους λόγους μεταφοράς του.

Το γενικότερο πλαίσιο υποδεικνύει ότι η μεταφορά έγινε με εκδικητική διάθεση εφόσον ο συγκεκριμένος κρατούμενος αποτελεί συμβολικό στόχο της κυβέρνησης, μέλη της οποίας έχουν δηλώσει ότι οι συνθήκες κράτησης του Κουφοντίνα θα πρέπει να είναι πιο αυστηρές.  Ο Κουφοντίνας ξεκίνησε απεργία πείνας για να διαμαρτυρηθεί για την παράνομη και άδικη μεταχείριση του από την κυβέρνηση, ζητώντας να μεταφερθεί στις φυλακές Κορυδαλλού, όπως προβλέπει ο νόμος. Αυτή την στιγμή βρίσκεται στην πεντηκοστή μέρα απεργίας.

Η ζωή του κινδυνεύει άμεσα, ιδιαίτερα μετά την απόφαση του να κάνει απεργία δίψας και να του αφαιρεθεί ο ορός ενυδάτωσης. Το μόνο που διεκδικεί είναι να σταματήσει το καθεστώς εκδικητικής μεταχείρισης και να εφαρμοστεί ο νόμος στην περίπτωση του. Ο Κουφοντίνας, ο οποίος είναι 63 χρονών και του οποίου η υγεία είναι ήδη επιβαρυμένη από προηγούμενες απεργίες πείνας, νοσηλεύεται σε κρίσιμη κατάσταση σε ΜΕΘ. Δεν του μένουν παρά λίγες μέρες.

Οργανώσεις όπως η Ελληνική Διεθνής Αμνηστία, αλλά και ο Συνήγορος του Πολίτη, έχουν πάρει θέση υπέρ του αιτήματος του. Η Ένωση Δικαστών και Εισαγγελέων καθώς και 1000 δικηγόροι και νομικοί απευθύνουν έκκληση προς την ελληνική κυβέρνηση να αναθεωρήσει την στάση της. Παρ’ όλ’ αυτά η Ελληνική Κυβέρνηση φαίνεται αποφασισμένη να μείνει στην Ιστορία ως υπεύθυνη για τον πρώτο θάνατο απεργού πείνας στην Ευρώπη μετά τον Μπόμπι Σαντς (05/05/1981) την περίοδο διακυβέρνησης της Μάργκαρετ Θάτσερ.

Το μόνο που ζητάμε είναι να μεταφερθεί ο Δημήτρης Κουφοντίας στις φυλακές Κορυδαλλού και να σταματήσουν οι έκνομες ενέργειες εναντίον του. Θεωρούμε ότι δεν μπορεί να υπάρξει δημοκρατικό πολίτευμα χωρίς ισόνομη και σύννομη μεταχείριση όλων των κρατουμένων, ακόμα και όσων έχουν καταδικασθεί για πολιτικά εγκλήματα.

Παρίσι, 26 Φεβρουαρίου 2021.

Πρωτοβουλία Ελλήνων/Ελληνίδων φοιτητών/φοιτητριών κι εργαζομένων στο Παρίσι

Aujourd’hui, vendredi 26 février, une délégation à l’initiative d’étudiants et de travailleurs grecs s’est réunie devant le consulat grec à Paris et a accroché une banderole de solidarité avec la lutte du gréviste de la faim D. Koufontinas. 

Dimitris Koufontinas a été condamné à 11 fois la perpétuité plus 25 ans pour 11 actions qu’il a effectuées comme membre de l’ « Organisation Révolutionnaire du    17-Novembre ». 17N a agi en Grèce de 1975 jusqu’au 2002 et est responsable de 23 assassinats politiques. D. Koufontinas s’est rendu au 2002 après l’arrestation de plusieurs membres de 17N et a assumé la responsabilité politique ainsi que l’exécution de la plupart des assassinats.

De 2002 jusqu’à 2018 il a été retenu dans une section spéciale de la prison de Korydallos (Athènes) et a ensuite été transféré à la prison de Volos. Bien qu’il avait la permission de sortir depuis 2010, il n’a pu effectuer sa première sortie qu’en 2017, eτ seulement cinq fois jusqu’en 2021. Les permissions de sortir de D. Koufontinas ont été critiqués par les médias, par l’Ambassade des Etats-Unis et par certains hommes politiques, lesquels ont publiquement demandé l’annulation de ses permissions de sortie. Parmi ces hommes politiques il y avait le premier ministre actuel Kiriakos Mitsotakis, qui s’était engagé dans sa campagne électorale à faire voter une loi pour exclure ce prisonnier du droit de sortie et de sa possibilité d’être retenu à la prison de Volos.

Et en effet, en décembre 2020 a été voté la loi 4760/2020 qui visait Koufontinas, en excluant aux condamnés d’actes terroristes le droit de sortir et la possibilité d’être retenu dans des prisons agricoles. A l’époque il y avait que Koufontinas qui était retenu comme prisonnier terroriste dans une prison agricole. Pendant le vote de la loi au Parlement grec, le débat s’est effectué autour de Koufontinas. L’actuel premier ministre est le beau-frère de Pavlos Bakogiannis qui a été assassiné en 1989 par 17N.

Finalement Koufontinas au lieu d’être transféré à la prison de Korydallos s’est retrouvé à celle de Domokos, sans qu’il soit informé de cette décision, mais sans avoir aussi le temps pour récupérer ses affaires et informer sa famille. Depuis, sa demande légale pour recevoir les documents officiels concernant son transfert à Domokos n’a pas été traitée.

Le contexte général indique que le transfert fait partie d’un traitement et d’un esprit rancunier de la part du gouvernement à l’encontre de Koufontinas. Plusieurs membres du gouvernement ont publiquement déclaré que les conditions de sa retentions doivent être plus sévères. Koufontinas a commencé une grève de la faim, en protestant contre les abus commis à son encontre et en demandant à être  transféré à la prison de Korydallos, comme prévu par la loi. En ce moment, il effectue son 50e jour de grève de la faim.

Sa vie est en danger, surtout après sa décision de commencer une grève de la soif. Il a aussi demandé qu’on arrête son hydratation par voie intraveineuse. La seule chose qu’il réclame est l’application de la loi pour son cas et l’arrêt du traitement rancunier qui lui est appliqué. Koufontinas, âgé de 63 ans et ayant déjà effectué plusieurs grèves de la faim, est maintenant en unité de soins intensifs. Il ne lui reste pas beaucoup de temps.

Plusieurs organisations, comme le département grec de l’Amnistie Internationale, se sont positionnés en faveur de la cause de Koufontinas. L’association grecque des Juges et des Procureures, ainsi que 1000 avocats se sont adressés contre le  gouvernement Grec pour satisfaire les demandes de Koufontinas. Cependant, le gouvernement Grec semble décidé à provoquer la première mort par grève de la faim en Europe depuis la mort de Bobby Sands (05/05/1981) qui s’est produite pendant la gouvernance de Margaret Thatcher.

La seule chose qu’on demande est que Koufontinas soit transféré à la prison de Korydallos et qu’on arrête les actions illégales contre lui. On considère qu’un régime démocratique existe seulement par le traitement égal et légal de tous les prisonniers, même de ceux qui sont condamnés pour des assassinats politiques.

Paris, le 26 février 2021

Initiative des étudiant.es et des travailleur.euses grec.ques à Paris

Rassemblement jeudi 19/09/13 à 19H à la place St Michel suite à l’assassinat de Pavlos Fyssas, militant antifasciste

Après Clément Méric en France, Paulos Fyssas en Grèce.
No Pasaran !
pavlos fyssasLe musicien de hip-hop et militant antifasciste Pavlos Fyssas est mort. Il a été froidement assassiné par un membre du parti Néo-nazi, Aube Dorée le 17/09/2013. L’antifasciste a reçu des coups de couteau directement au niveau du cœur devant de dizaines des personnes avec la tolérance des forces policières qui ont refusé d’intervenir.
Cet assassinat intervient cinq jours seulement après l’attaque meurtrière des néonazis d’Aube Dorée contre des militants du PC grec qui faisaient un collage dans un quartier ouvrier de Pirée. Ces événements font partie d’une grande série des agressions, des ratonnades et des assassinats des immigrants et des militants antifascistes qui ont eu lieu pendant les dernières années.
Dans un pays où le taux du chômage atteint 28%, où la plupart des travailleurs sont soit licenciés soit au chômage technique, où le 20% de la population vit sous le seuil de pauvreté, les néonazis en pleine collaboration avec le gouvernement grec poursuivent une attaque contre l’ennemi intérieur. Chaque travailleur qui ne baisse pas la tête devant les attaques du capital, chaque immigrant qui essaie de gagner sa vie, chaque femme qui défend ses droits, chaque résistance contre la politique gouvernementale est qualifié « d’ennemi intérieur ». L’Aube Dorée est devenu l’amortisseur parfait de la colère populaire née par le désastre humanitaire provoqué par le gouvernement et la Troïka.
Le gang d’assassins a « bien » choisi les dates des attaques. Au moment où les enseignants menacés de licenciement descendent dans la rue avec une participation à la grève qui monte à 90%, au moment où les travailleurs d’autres secteurs rejoignent les enseignants en lutte, les néonazis jouent le seul rôle qu’ils connaissent depuis 70 ans, celui de l’écrasement de chaque voix libre.
La mort de Pavlos Fyssas n’est pas en vain. Elle rend plus décisives la lutte antifasciste et la lutte des travailleurs contre le gouvernement, la Troïka et l’Aube Dorée, le bras dur du capitalisme.
Les morts de Clément Méric et de Pavlos Fyssas doivent être les derniers crimes des criminels fascistes et néonazis.
Ni en France, ni en Grèce !
Le fascisme, No pasaran !
Solidarité internationale !
premiers signataires :
Initiative des étudiants-es et travailleurs-euses grec-ques à Paris, ANTARSYA-France, SYRIZA-Paris
ATTAC, CADTM, Collectif de Taksim (Paris), Compagnie Erinna, Égalité, FASE, Front Populaire Tunisie (Paris), Gauche Anticapitaliste, Gauche Unitaire, IPAM, Les Alternatifs, Mouvement de la Paix, Les efFRONTé-e-s, NPA, PCF, PCOF, PG, SNJ-CGT, Solidarité Normandie-Grèce, SUD-BPCE, VISA …

Non à la fermeture d’ERT ! Pour un audiovisuel public de qualité !

ert-1

Le gouvernement grec a annoncé hier la fermeture, en l’espace de moins de 12h, de l’organisme de l’audiovisuel public (ERT*) sous prétexte d’ « assainissement et de restructuration ». A l’aide des forces de police, toute émission a cessé avant minuit. Engageant une épreuve de force inédite, cette décision, appliquée par simple décret ministériel, entraine le licenciement direct de 2656 travailleurs et la suppression de presque 4000 postes au total. Inspirée par les consultants du Premier Ministre Antonis Samaras, la fermeture n’a été applaudi que par la Nouvelle Démocratie et l’Aube Dorée ! Tous les autres partis (SYRIZA, Grecs Indépendants et KKE de l’opposition, PASOK et DIMAR de la majorité) l’ont désapprouvée.

La fermeture survient au moment où les commissaires de la troïka sont à Athènes, alors que le gouvernement grec devrait remplir jusqu’à fin juin l’objectif assigné par les créanciers de la Grèce de supprimer 2000 emplois publics. L’épisode vient se rajouter à la longue liste du démantèlement progressif des services publics, en vertu des « plans de sauvetage » et des cures d’austérité auxquels sont soumis les peuples. Et pourtant, le mercredi 5 juin dans un rapport le FMI faisait son mea culpa en ce qui concerne le premier plan de sauvetage de la Grèce en 2010 et en remettant en cause l’efficacité même de la structure hybride de la troïka, aujourd’hui en charge de quatre plans de sauvetage dans la zone euro. Lire la suite

À l’attention du Président François Hollande en visite en Grèce

APTOPIX France Hollande Olympics

À Paris, le 18 février 2013

Monsieur le Président de la République Française,

Nous, étudiants et travailleurs grecs à Paris,

Nous, citoyens animés par le désir de démocratie, de justice sociale et d’humanité, membres de différents collectifs ou militants à titre individuel,

Souhaitons attirer votre attention sur la portée de votre visite imminente en Grèce.

Le gouvernement grec poursuit une politique de démolition des droits sociaux acquis depuis des décennies et accélère la ruine économique du pays, plongeant des millions de citoyens grecs dans la détresse.

Cette entreprise néfaste, contraire aux règles parlementaires et constitutionnelles, ainsi qu’à de nombreuses décisions judiciaires de première instance ou de juridictions supérieures, s’effectue avec l’alibi de la situation d’otage dont argue ledit gouvernement et la caution d’instances étrangères – la fameuse « Troïka » : FMI, BCE et UE. Lire la suite

Appel à une réunion de travail contre le fascisme, la répression et l’austérité en Grèce

Le mardi 16 octobre, à 18 h, à la Bourse du Travail, 3, rue du Chateau d’Eau

Contre le fascisme, la répression et l’austérité :
Large mobilisation internationaliste pour la solidarité, maintenant !

La société grecque se trouve désormais dans un « état d’urgence » permanent: Assaut de la police contre la mobilisation antifasciste et ses compagnons de route, attaques et violences contre les travailleurs impayés des chantiers navals en mobilisation, arrestations abusives et mise en accusation vindicative de la part du procureur de la République, collaboration banalisée de la police d’État avec les milices néo-nazies… Et tout cela alors qu’une partie constituée de l’establishment grec parle d’« assimilation des deux extrêmes », prévient du danger imminent d’un scénario à la République de Weimar, et véhicule dans la presse de grande diffusion l’hypothèse d’un coup d’état, afin d’instaurer un climat de terreur et de décourager les luttes sociales et les résistances civiles qui se développent partout dans le pays.

Nous appelons à la constitution d’un triple front: Antifasciste – Contre la Troïka – Pour l’organisation des solidarités sociales.
– Nous soutenons les militants antifascistes qui luttent en ce moment-même dans les rues et les quartiers des villes grecques, et les citoyens en lutte qui portent le poids d’un conflit à armes inégales contre les bataillons d’assaut néonazis dans les cités grecques. Nous sommes enragés par l’existence même de ces ordures nazis qui, avec le soutien de la police nationale, frappent lâchement contre les parties les plus faibles de la société grecque : les immigrés, les sans-abri, les gens sexuellement différents. L’histoire n’est pas encore finie.
– Nous soutenons les luttes des travailleurs, indépendamment de leur origine, leur nationalité ou leur sexe, contre la dictature financière imposée par la Troïka et le grand capital grec. Nous sommes parfaitement conscients du fait que la crise économique sert clairement d’outil d’application de politiques antisociales à travers l’Europe. La Grèce n’était qu’un début.
– Nous soutenons cette Grèce dont on ne parle jamais dans les médias de masse, la Grèce de la solidarité, de la résistance, de ce formidable humanisme qui remplit le pays de réseaux de soutien mutuel, de collectivités locales d’autogestion et de mouvements civils de riposte sociale. Nous sommes fiers d’entrevoir à travers cette attaque colossale des sources de résistance et d’autoorganisation populaires. Nous considérons que ces réseaux portent en eux la semence de l’époque qui succédera à la crise, la fascisation et l’inhumanité. La liberté est notre avenir.

Nous appelons à une lutte commune et à des mobilisations à venir.
– Manifestation commune contre le fascisme, la répression et de l’austérité, et organisation de la solidarité avec tous ceux qui luttent en Grèce.
– Soutien des militants antifascistes arrêtés et des réseaux divers de solidarité.
– Coordination de l’action des pays européens, en particulier contre les objectifs immédiats de la Troïka, à savoir l’application des politiques austéritaires.