Monsieur Hollande, bombardez la Grèce s’il vous plaît, par Makis Malafekas

http://www.rue89.com/2013/09/24/monsieur-hollande-bombardez-grece-sil-plait-245999

if-you-dont-come-to-democracy-democracy-will-come-to-you2

Quand je vous demande, monsieur Hollande, de bombarder la « Grèce », soyons clairs, j’entends « le régime » bien entendu :

  • l’establishment financier évidemment (souvenez-vous : cet « adversaire sans visage » que, d’une voix déjà cassée, vous promettiez de combattre à trois mois des élections) : cartels médiatico-banquiers, armateurs voyous, détourneurs de fonds publics tranquillement réfugiés off-shore ;
  • l’appareil répressif d’Etat, sans faute, désormais majoritairement composé sinon de militants revendiqués, en tout cas de sympathisants néonazis, adonnés depuis trop longtemps aux pires exactions ;
  • mais surtout, surtout, le pouvoir exécutif lui-même, cet énième gouvernement Goldman Sachs fabriqué de toutes pièces (présentateurs télé, filles et fils de, anciens cadres d’extrême droite…) dont vous avez activement soutenu la formation et les agissements dès le lendemain de votre prestation de serment.

Certes, à l’époque, vous n’aviez peut-être pas le recul nécessaire dont on dispose aujourd’hui, je veux bien vous l’accorder. Vous ne pouviez pas savoir que ce gouvernement – que Monsieur Fabius qualifiait encore récemment de « courageux » – bâtirait des camps infernaux pour y amasser des dizaines de milliers d’immigrés ; qu’il pousserait près de la moitié de la population du pays au bord de la famine par l’application zélée des dictats budgétaires de la Troïka.

Torture policière et gaz lacrymo

On ne pouvait pas imaginer (si, certains le pouvaient) que les proches collaborateurs du Premier ministre Samaras (droite) étoufferaient les cas de torture caractérisée sur des dizaines de militants antifascistes dans les sinistres sous-sols de la préfecture centrale d’Athènes.

On ne pouvait pas prédire (mais si !) que l’actuel vice-président (socialiste) du gouvernement, M. Vénizélos, négligerait savamment de donner suite à l’enquête sur la liste des plus grands fraudeurs potentiels du pays, liste qui lui avait été transmise par Christine Lagarde.

On ne pouvait pas prévoir que le ministre de l’Intérieur décréterait du jour au lendemain, par simple ordonnance ministérielle et sans aucune concertation préalable, la fermeture sèche de l’audiovisuel public (soit de trois chaînes télé et huit stations radio).

On ne pouvait pas savoir, enfin (quoique bien avertis quand même depuis les grandes manifestations sanglantes de 2010-2011), que la police d’Etat aurait systématiquement eu recours au fameux gaz CS, afin de disperser tout rassemblement public devant le Parlement et ailleurs. Lors de journées entières de mobilisation, l’usage de ce gaz – souvent expiré depuis des décennies – se comptait littéralement en plusieurs tonnes par jour.

Du riz pour le peuple grec

Admettons donc que ce tableau terrifiant, pourtant si tristement classique dans les pays « sauvés » par la finance, vous demeurait longtemps caché. Mais maintenant ? Maintenant que l’on sait tout ça ? Que fait la police, le Conseil de sécurité, l’Otan ? Que fait BHL ?

Bombardez le régime grec bon sang ! Bombardez-nous monsieur le Président, achevez-nous ! Balancez-nous donc votre vertu rédemptrice, votre TNT humaniste sur la gueule. Vos gros obus, vos Rafale de Mirage, ces éternels ersatz de virilité, substituts mortifères de tout véritable volontarisme politique.

Je vous communique sans plus tarder l’adresse exacte du siège du gouvernement grec à Athènes, afin de faciliter la tâche aux quelques bombes qui manqueraient de sapience : c’est au 19 rue Hérode Atticus, à un petit kilomètre de ce truc blanc qui apparaît sur Google Earth et qu’ici l’on appelle « l’Acropole ». Il faudrait juste veiller à épargner l’ambassade de France, magnifique édifice néoclassique du XIXe siècle aux palmiers rustiques, située à quelques blocs d’immeubles seulement de la cible désignée.

Quant au sort du peuple grec, on pourrait par la suite demander à monsieur Kouchner de déposer quelques sacs de riz basmati sur les décombres. Ce serait autrement plus cocasse, qu’en pensez-vous ?

Une réflexion au sujet de « Monsieur Hollande, bombardez la Grèce s’il vous plaît, par Makis Malafekas »

  1. Ping : Monsieur Hollande, bombardez la Grèce s’il vous plaît, par Makis Malafekas | Greek Independent News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s