L’Aube Dorée a infiltré la Police grecque, par Aris Chatzistefanou

Court reportage sur les liens étroits entre le parti néo-nazi grec et la Police grecque.
Vidéo sous-titrée en français par l’Initiative de Solidarité avec la Grèce qui résiste-Bruxelles (http://solidarity-greece.blogspot.fr/);
si les sous-titres n’apparaissent pas automatiquement, veuillez les activer par le bouton correspondant en bas et à gauche de la vidéo.

Les impôts sur le revenu en Grèce sont -beaucoup- plus élevés qu’en France, par Okeanews

http://www.okeanews.fr/les-impots-sur-le-revenu-en-grece-sont-beaucoup-plus-eleves-quen-france/#axzz2NLINqpSW

Le « manuel » de calcul de l’impôt grec vient de sortir en Grèce. 53 pages qui reviennent en détail sur la manière dont les grecs seront taxés cette année. Début d’une série comparative sur les impôts en Grèce et en France. Premier épisode : les impôts sur le revenu.

Après le comparatif de l’année dernière, Okeanews remet cela pour l’année 2013. Le constat est le même : les grecs payent plus, beaucoup plus d’impôts sur le revenu que les français (vous pouvez aussi relire cet article qui revient sur des impôts inconnus en France. Ce sujet sera développé dans les semaines à venir pour y voir plus clair).

Les données utilisées sont celles des administrations françaises et grecques. Les graphiques utilisent les postulats :

– une année se compose de 12 mois de salaires ;

– les calculs sont effectués pour une personne seule.

Le modèle du calcul de l’imposition sur le revenu en Grèce ressemble à celui de la France. Néanmoins, les taux sont plus élevés sur les tranches les plus basses en Grèce et il y  a 2 tranches d’imposition supplémentaires :

Impots2013FRGR_00 Lire la suite

Appel du collectif « Solidarité France-Grèce pour la Santé »

http://solidaritefrancogrecque.wordpress.com/

koinwniko_iatreio

APPEL DU COLLECTIF « SOLIDARITÉ FRANCE-GRÈCE POUR LA SANTÉ »

AUX CITOYEN-NE-S ET AUX ORGANISATIONS FRANÇAISES

 

Les politiques d’austérité néolibérales imposées par la Troïka avec la complicité des gouvernements en place mènent la Grèce au désastre, mettant en danger la santé et la vie de la population. On assiste ainsi à la recrudescence des dépressions, à la prolifération de pathologies telles que l’hypertension, les maladies cardiaques, le cancer, ainsi qu’à la réapparition de maladies pendant longtemps disparues, comme la tuberculose et le paludisme. Le chômage est aussi cause d’une mortalité accrue. En même temps, de nombreuses catégories de la population, notamment celles qui sont les plus vulnérables : enfants, femmes enceintes, familles monoparentales, malades chroniques, migrants, personnes dépendantes, personnes handicapées… sont en danger, étant privées de soins et de suivi adéquats.

Cette augmentation considérable des besoins se heurte à un système public de santé qui s’effondre et se trouve incapable d’y répondre. La réduction brutale des dépenses publiques de santé et de protection sociale à un moment où la fréquentation des hôpitaux publics ne cesse d’augmenter crée un problème sanitaire qui frôle la catastrophe humanitaire.

Le nombre des personnes n’ayant plus accès à l’assurance maladie (plus d’un tiers de la population) et de celles qui, tout en bénéficiant d’une couverture sociale, n’ont plus les moyens de payer les tickets modérateurs et les médicaments nécessaires augmente à un rythme alarmant. Lire la suite

Du champ à l’assiette, en Grèce les initiatives se multiplient !, par Roxanne Mitralias

http://www.autogestion.asso.fr/?p=2690

rox1 Semences locales et biodiversité, agriculture biologique, permaculture et agroécologie, réseaux de producteurs-consommateurs, jardins urbains autogérés et cuisines collectives : les grecs s’approprient leur agriculture et leur alimentation !

C’est dans un contexte difficile pour les agriculteurs (voir en fin d’article) et les consommateurs 1 que naissent ou se consolident des initiatives pour former et informer sur d’autres modes de production agricoles, plus écologiques mais aussi plus économes. D’une manière générale, ces initiatives visent une nouvelle population plutôt jeune qui cherche à la fois un échappatoire économique et un projet de vie. Depuis quelque temps, il semblerait qu’on assiste à un retour à la terre, et même s’il ne s’agit pas d’un phénomène social de masse (40 000 agriculteurs de plus pendant la période 2009-2010), une aspiration à un rapprochement à la vie agricole et rurale semble s’ancrer dans une majorité de la population (sondage Kappa Research, 70% des sondés désirent s’installer à la campagne). Lire la suite

Racist, anti-semitic, violent – the true face of Golden Dawn

Vidéo

Greece’s neo-Nazi Golden Dawn is increasingly influential among members of the country’s political mainstream. Student Konstantinos Georgousis filmed party members on the streets of Athens.

Watch the video:

http://www.channel4.com/news/racist-anti-semitic-violent-the-true-face-of-golden-dawn

Warning: this video contains highly offensive and racist language

Golden Dawn, the extreme right-wing party in Greece, won 18 seats in the country’s last election.

Since then support for the party has doubled as it pushes tough new anti-immigrant laws, including banning non-ethnic Greeks from the military and police.

National Film and Television School student Konstantinos Georgousis spent a month with the organisation last summer, as Greece hovered on the abyss, for his documentary film The Cleaners. Lire la suite

La Troïka a-t-elle acheté le retour de la drachme ?, par Philippe Légé

http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-lege/020313/la-troika-t-elle-achete-le-retour-de-la-drachme

draxmi_637549608

L’ex-premier ministre grec vient de porter de lourdes accusations contre la Troïka. En aout 2011, les émissaires de la BCE, du FMI et de la Commission européenne auraient proposé au gouvernement grec « des fonds pour organiser une sortie en douceur de l’euro« . Ces propos, rapportés par le quotidien grec Ekathimerini, sont très embarassants pour la Troïka car ils contredisent le discours officiel selon lequel une sortie de la Grèce n’était pas souhaitable, Athènes ayant sa place au sein de la zone euro.

Si elles ne sont pas encore corroborées, ces accusations sont toutefois plausibles. Qu’est-ce qui aurait pu inciter Evangelos Venizelos à révéler de tels faits? Il faut replacer ces propos dans leur contexte. La scène a eu lieu hier au Congrès du parti socialiste grec, le PASOK. Monsieur Venizelos, qui a notamment été ministre de la Défense, vice-premier ministre, ministre des Finances puis premier ministre, était sans doute très énervé. Lire la suite