Crime raciste: L’horreur dépasse tout à Salamine !, par Aphrodite Tziantzi

publié dans le « Journal des Rédacteurs » (Efimerida ton Syntakton: http://www.efsyn.gr/?p=431), le 9/11/2012, et traduit par Vicky Skoumbi

Dans un communiqué officiel, l’ambassade d’Egypte en Grèce condamne « l’attaque barbare et lâche contre un citoyen égyptien qui a eu lieu le week-end dernier dans l’île de Salamine ». Lors d’une conférence de presse tenue devant les médias internationaux, l’ambassadeur, Tarek Adel, a déclaré : « Nous soutenons pleinement la victime et nous sommes décidés àagir pour que justice soit rendue dans cette affaire, y compris par undédommagement ». L’ambassade, a-t-il ajouté, est en contact permanent avec les autorités, afin que les auteurs soient arrêtés et que la justice soit rendue sans délai.

L’image choquante de l’immigré battu et enchaîné dans une rue centrale de l’île de Salamine a été d’abord publiée sur un média alternatif de contre-information.

Une ambulance a été dépêchée sur les lieux, ainsi que la police et les pompiers, qui ont dû intervenir pour couper la grosse chaîne attachée autour du cou de la victime, avant que celle-ci ne soit transférée à l’hôpital.

Les auteurs présumés des faits ont été arrêtés. Il s’agit de Giorgos Sgouros, propriétaire d’une boulangerie à Salamine et employeur de la victime, de son fils et d’un de leurs amis d’origine albanaise; un quatrième complice est toujours recherché.

Oualid est en Grèce depuis deux ans sans carte de séjour et il travaille depuis un an et demi à la boulangerie, sans être payé ces derniers mois.

Le boulanger a été conseiller municipal et maire-adjoint de la commune d’Ampelakia à Salamine, élu sur une liste soutenue par la Nouvelle Démocratie (parti de droite dont le chef est Antonis Samaras, actuel Premier ministre).

Selon les témoignages des habitants, son fils entretient des liens avec l’Aube Dorée.

Le samedi, à l’aube, l’ouvrier avait demandé à partir et le boulanger le lui avait refusé, lui demandant de nettoyer le plancher du magasin.

Selon les témoignages qui les accusent, le boulanger et son fils savaient que l’Egyptien portait sur lui une somme d’argent confiée par ses compatriotes pour qu’il l’envoie en Egypte, et leur intention était de la voler.

Après l’avoir giflé et attaché, ils l’ont transporté, avec l’aide d’un troisième complice, dans le camion de la boulangerie jusqu’à une étable située près de la résidence secondaire du boulanger. Là, ils l’ont attaché avec une chaîne à un poteau, torturé, dénudé et menacé.

Ils l’ont dépouillé de 12.000 euros, dont seuls environ 9.000 euros ont été restitués à ce jour.

Le témoignage de la victime, tel que recueilli et transmis par Rabab Hassan, représentante de la communauté égyptienne et traductrice, est bouleversant :

«  Je t’ai attaché comme on attache les chameaux en Egypte » ; « C’est ton dernier jour aujourd’hui, je vais te faire enterrer là où tu te trouves ».

Durant les tortures,  qui se sont poursuivies jusqu’à l’aube du dimanche, les auteurs du crime buvaient, mangeaient et se relayaient ; à un certain moment, une quatrième personne s’est jointe à eux.

Lorsqu’on l’a laissé un instant seul, l’Egyptien a réussi à s’échapper et s’est traîné, toujours enchaîné, jusqu’à l’endroit où il a été retrouvé le dimanche 4 novembre au matin.

Après avoir reçu les premiers secours, il a été conduit à la cellule du commissariat de Salamine, puis placé en détention au centre de la préfecture de police de l’Attique pour étrangers, rue Petrou Ralli. Tard dans la nuit et à la suite de multiples démarches, il a été libéré.

Son avocate, Stavroula Kokklioti, nous a dit : « Il est tragique de voir une victime de tortures être détenue dans des conditions pareilles. Il est en mauvais état, il ne pèse que 40 kilos, et il est terrorisé.

Nous faisons le nécessaire pour qu’on lui accorde un permis de séjour provisoire afin qu’il puisse témoigner contre ses bourreaux. »

Les auteurs des faits sont accusés de vol avec violence aggravée, d’enlèvement, de coups et blessures graves, dommages corporels graves, d’embauche illégale d’étranger,  et d’atteinte à la dignité sexuelle de la personne, des crimes passibles d’au moins  dix ans de prison.

Le 8 novembre, le boulanger et son fils ont été libérés sur proposition du juge d’Instruction.

Le vol avec violence et la torture de l’ouvrier de trente ans est l’épisode le plus barbare d’une série de violences subies par des membres de la communauté égyptienne.

En juin, quatre pêcheurs égyptiens ainsi que deux mineurs avaient été victimes d’une violente agression raciste à Perama, lorsqu’un groupe d’une vingtaine d’hommes avait fait intrusion chez eux, les avait tabassés et avait blessé grièvement l’un d’entre eux.

D’après les témoignages, ils portaient de tee-shirts de l’Aube Dorée.

En octobre, un jeune de 21 ans, grec d’origine égyptienne, a été brutalement tabassé sur la place Attikis par un groupe d’hommes vêtus de noir et accompagnés de chiens.

La semaine dernière, lors d’un pogrom raciste à Aghios Pantéleïmonas,  qui a démarré à l’incitation de députés de l’Aube Dorée, un immigré égyptien a été pourchassé et sa boutique mise à sac.

La première nuit du pogrom, quinze Egyptiens ont été arrêtés par la police ; ils affirment avoir été battus et injuriés par les membres de l’Aube Dorée alors que les policiers leur passaient les menottes.

Des attaques racistes contre des communautés égyptiennes ont été enregistrées cet été à Kallithea et en Crète, tandis que, tout récemment, des intimidations et des menaces ont été lancées contre des pêcheurs à Keratsini.

On estime le nombre d’Egyptiens vivant en Grèce à  environ 12.000, beaucoup d’entre eux y étant installés depuis les années 70.

Immigrée de deuxième génération, née en Grèce, Rabab Hassan est mère d’un enfant de trois ans et demi.

Comme elle l’a dénoncé devant l’Observatoire des violences racistes du Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations unies,  elle a été victime en septembre d’un comportement raciste de la part d’un conducteur de bus.

Tandis qu’elle descendait du bus avec son enfant, le conducteur a refermé violemment à trois reprises la porte sur la poussette de celui-ci.

« Si le  petit avait eu les mains hors de la poussette, elles auraient été coupées », dit-elle. Elle souhaite déposer plainte, mais il lui manque les cent euros nécessaires pour ce faire, et elle lance un appel aux organismes sociaux.

Le président de l’Union des musulmans de Grèce, Naïm Elgadour, originaire d’Egypte et habitant de Salamine, se dit consterné par les faits barbares commis à Salamine.

«  Je suis triste pour la Grèce, le pays que j’aimais et où je vis depuis quarante ans. Nous sommes ici parce que c’est la Grèce qui a donné naissance à l’idée de liberté. Maintenant on a le sentiment d’avoir été trompés.

Il n’y a plus de liberté désormais en  Grèce. C’est seulement en luttant tous ensemble, vous et nous, que nous pourrons changer tout cela».

Le 10/ 11/12, la même journaliste commençait ainsi un article intitulé La xénophobie  fait la loi, la xénophobie loi de l’Etat:

L’immigré égyptien  qui a été victime à Salamine de tortures inhumaines infligées par son employeur et trois autres personnes dispose de trente jours pour quitter le territoire.

Hier, lors de sa déposition devant le juge d’instruction, Oualid, ouvrier de trente ans, s’est effondré en présentant les symptômes d’une hémorragie et a été emmené en urgence à l’hôpital.

Comme nous l’a affirmé l’avocate Stavroula Kokklioti, les démarches nécessaires pour que l’asile ou un permis de séjour provisoire pour raisons humanitaires lui soit accordé seront effectuées afin qu’il puisse témoigner au procès. Si cela n’aboutit pas, il  retournera en Egypte.

3 réflexions au sujet de « Crime raciste: L’horreur dépasse tout à Salamine !, par Aphrodite Tziantzi »

  1. Ping : Crime raciste: L’horreur dépasse tout à Salamine !, par Aphrodite Tziantzi | ΣΥΡΙΖΑ Παρισιού

  2. Ping : Chasse aux Nègres en Grèce, par Joseph Akouissonne | initiative des étudiant-e-s et travailleurs-euses grec-que-s à paris

  3. Ping : Grécia: ataques racistas dos neonazistas do “Aurora Dourada” « Esquerda Crítica

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s