Démocratie grecque: une République bananière aux diktats des troïkas !

Une fois de plus la « troïka de l’intérieur » (les partis politiques de la majorité parlementaire, c’est-à-dire la droite grecque, Nouvelle Démocratie, le PS, PASOK et la Gauche Démocratique, DIMAR, scission droitière de SYRIZA) en application des diktats de la « troïka de l’extérieur » (BCE, FMI, UE) transforme le parlement grec et la démocratie parlementaire en république bananière !

Depuis ce matin le parlement discutait un Nième « plan de sauvetage », un Nième plan d’austérité que certain appellent « mémorandum 3 ».

Il s’agit des plusieurs mesures d’austérité dans tous les domaines (santé, salaires etc.) que le gouvernement a décidé de faire voter en une seule loi avec un seul article avec la procédure d’urgence-procédure accélérée. C’est-à-dire un texte qui fais plus de 250 pages avec 500 pages en annexes qui bouleverse la vie des millions des grecs a été proposé au parlement pour être examiner, discuter, et voter en moins de 24 heures.

Au début de la procédure les partis de l’opposition ont présenté une objection d’anti-constitutionnalité de ce projet de loi pour plusieurs raison de forme et de fonds. A noter que la Cours de Cassation en Grèce a publié un avis ce matin au moment de la discussion sur la constitutionnalité du texte en faveur de non constitutionnalité de la loi.

Après une discussion sur la constitutionnalité (ou pas !) du projet de loi le moment du vote est venu. La procédure de vote est la suivante : le président de la Chambre, Meimarakis (qui appartient à la N.D. ancien secrétaire général du parti, ancien ministre dont le nom est mêlé à des nouvelles affaires de corruption récemment révélées) a demandé aux députés qui pensaient que le projet de loi est anticonstitutionnel de se lever. Ces qui sont restés assis sur leurs sièges pensaient que le projet de loi est conforme à la constitution. Le président de la Chambre a ensuite compté, tout seul ( !), en jetant un coup d’œil. Il a regardé l’assemblée et il a vu l’image suivante.

Son verdict : « Visiblement la majorité des députés est restée assises donc le corps-parlement pense que la loi est conforme à la constitution ».

Bien évidement, la vérité est que la majorité des députés s’est levée, comme on peut clairement le voir sur les photos, et par conséquent le parlement semblait adopter la position d’anti-constitutionnalité de l’opposition.

Face à cet escamotage (triche), plus qu’évidente, l’opposition a vivement protesté. Le président de la chambre a décidé d’effectuer un « vrai vote » (vote nominatif où deux députés font l’appel et les députes vote par voix haute, ensuite les votes sont comptabiliser). Selon le règlement du parlement grec ce vote doit avoir lieu au plus tard dix minutes après le premier vote afin de vérifier le résultat du vote précédent.

Au lieu de cela le président de la Chambre a accordé une pause de 30 minutes et finalement le vote a eu lieu qu’une heure et demi après !

Bien évidement entre-temps la troïka de l’intérieur a fait venir par tous les moyens possibles et imaginables (voiture, taxi, à pieds etc.) les députes de la majorité dont la  quasi-totalité d’entre eux étaient autre part et faisaient autres choses au moment ou l’avenir du pays et de la société grecque était en discussion et en jeux.

Bien évidement suite à toutes ces triches le parlement a décidé que le projet de loi est conforme à la constitution et que la procédure de discussion sur le contenu de la loi pouvait commencer. La discussion et le vote sur le projet de loi ont été achevés il y a quelques minutes (cf. https://initiativegrecqueaparis.wordpress.com/2012/11/08/grece-le-parlement-adopte-de-justesse-de-nouvelles-mesures-dausterite/).

Une fois de plus il a été démontré par des paroles et surtout des actes que l’Union Européen, le Fond Monétaire International, la Banque Centrale Européenne avec l’accord de la bourgeoisie internationale et grecque et avec la participation active des partis politiques locaux pro-mémorandum violent sans aucune hésitation la démocratie au pays ou cela a été appliqué (peut-être) pour la première fois dans l’histoire il y a 2500 ans. Les recettes néolibérales de tous ces institutions détruisent les sociétés et les démocraties parlementaires bourgeoises dans le seul but de faire perdurer leur domination et augmenter leurs profits.

Mais les grandes manifestations du peuple grec tout au long de cette journée démontrent que leurs jours ne seront pas très longues. Quand leur renversement se produira il n’y aura pas d’hélicoptères comme il en a eu en Argentin afin qu’ils puissent s’échapper. Le moment de leur chute venu un cri de liberté et de joie se propagera dans toute la planète et inondera d’inspiration et de confiance tous les travailleurs et les travailleuses. Et ce moment s’approche.

Vive la lutte du peuple grec !

Vive la solidarité internationale !

Photo depuis :

Le rassemblement contre les mesures d’austérité à Syntagma, Athènes le 7/11/2012

PS : On demande pardons pour des éventuelles fautes d’orthographe, grammaire etc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s