Syriza amène au Parlement le sujet des violences contre les antifascistes interpellés

Question des parlementaires de Syriza concernant les violences policières contre les interpellés de la manifestation de motards:

A l’attention du ministère de l’Ordre public et de la Protection du citoyen  (ministère de l’Intérieur),

Sujet: Violences et tortures infligées aux antifascistes interpellés à la Direction générale de la police de l’Attique (GADA)

députés d’Aube Dorré – le ministre de l’Interieur

Le soir du 30 septembre, lors d’une manifestation antifasciste de motards, 15 citoyens ont été interpellés et transférés à la GADA. Des signes évidents montrent qu’ils/elles ont été battu(e)s. Selon des plaintes, leur arrestation a eu lieu dans des conditions d’une violence incroyable et de terrorisme, alors que les hommes de l’unité Delta (unité de forces spéciales de police) ont assailli avec leur motos la manifestation, jeté à terre les motards et continué à les frapper même après les avoir menottés. Selon les plaignants, les policiers ont fait usage d’armes électriques (tasers).

A la GADA, selon les plaintes de leur avocats, les interpellés ont à nouveau été battus et, avec des commentaires sexistes ignobles, soumis à des traitements qui évoquent des lieux de torture et non la Direction générale de la police de l’Attique.

Dernièrement, ils’est produit plusieurs incidents provoqués par les «bataillons d’assaut» de l’Aube Dorée, envers lesquels la police fait preuve de tolérance, voire, dans certains cas, de coopération. Elle montre en revanche un zèle remarquable dans l’interpellation et l’arrestation des antifascistes, accompagné  de violences.

Considérant que la police agit suivant des ordres précis et ne peut être un appareil de répression et de violence incontrôlable, nous vous plaçons devant vos responsabilités, car de tels phénomènes constituent une déviation par rapport à la légitimité et au fonctionnement de la police. Par conséquent,  les questions suivantes sont adressées à M. le Ministre:

1. Y aura-t-il une enquête sur les violences qu’ont subies les interpellés à la GADA?

2. Des mesures seront-elles prises envers les auteurs de ces agissements?

3. La situation inadmissible au regard de notre régime politique qui est dénoncée à la GADA est-elle connue du ministre ou sous son contrôle?

4. Pourquoi, le 1er octobre, au tribunal d’Evelpidon, la police a-t-elle attaqué sans raison et avec une extrême violence les familles et amis des interpellés, qui ont été battus?

Les parlementaires Dimitris Tsoukalas, Tassos Kourakis, Maria Kanelopoulou, Vasiliki Katrivanou, Aphroditi Stabouli  

4 réflexions au sujet de « Syriza amène au Parlement le sujet des violences contre les antifascistes interpellés »

  1. Ping : Syriza amène au Parlement le sujet des violences contre les antifascistes interpellés | Black Metal Now

  2. Il faut purger le Parlement et l’appareil d’Etat grec, et notamment la police et l’armée de ses fascistes, qui semblent apparaître comme le recours ultime pour une partie de la bourgeoisie grecque, et la seule purge efficace, c’est l’extension des luttes de la classe ouvrière grecque et de ses alliés en vue de renverser la bourgeoisie et ses bandes armées légales (armée, police) ou fascistes et de faire la révolution socialiste autogestionnaire.

  3. Ping : Syriza amène au Parlement le sujet des violences contre les antifascistes interpellés | Révolution Et Libertés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s