Georges Soros, prédit la haine contre l’Allemagne

http://www.spiegel.de/wirtschaft/interview-mit-george-soros-zu-deutschland-und-zur-euro-krise-a-841021.html

Entretien avec Georges Soros. L’interview a été réalisée par Mathias Müller von Blumencron, Stefan Kaiser et Gregor Peter Schmitz

traduit de l’allemand par Sissie Bara

Avant le sommet de l’UE il y a une forte pression  sur les gouvernements européens. Le célèbre investisseur George Soros ne leur donne que peu de temps pour sauver l’union monétaire. Dans cette interview, il explique comment l’Allemagne a développé  une image de puissance impériale haïe – et pourquoi un retrait de l’euro serait extrêmement coûteux.

Hambourg – Le célèbre investisseur américain Georges Soros a été l’un des plus grands spéculateurs du monde de la finance. Maintenant, assis dans sa maison de ville dans le quartier Kensington de Londres, il se pose des questions sur l’amélioration du monde. Soros investit chaque année de centaines de millions de dollars  dans la démocratisation des pays de l’Europe de l’Est. De plus en plus, il interfère aussi dans le débat concernant le sauvetage de l’euro.

Georges Soros  d’origine hongroise devient célèbre  en 1992, alors qu’il  spéculait contre l’intégration de la livre sterling  dans le  Système monétaire européen. Par le passé, Soros a attaqué la politique de la chancelière Angela Merkel (CDU) concernant la crise de l’euro. Maintenant, il compare la situation vécue aux Etats Unis après la Seconde Guerre mondiale avec l’Allemagne dans son contexte européen actuel. Les Etats-Unis ont alors mis en place  le Plan Marshall en tant que «puissance impériale bienveillante. » Le pays lui-même en a bénéficié beaucoup. Aujourd’hui, l’Allemagne ne semble « pas être disposée à s’impliquer dans quelque chose comme l’ont fait les Etats unis avec le Plan Marshall, Soros a critiqué. « C’est une erreur tragique et historique que l’Allemagne ne reconnaît pas ces possibilités. »

Selon Soros, Merkel se trouve dans une situation particulière:  Elle a fini par se rendre compte que l’euro ne peut pas fonctionner ainsi, mais elle ne peut pas changer le récit de la crise qu’elle a créé. » Cette narration selon laquelle les pays débiteurs n’ont pas fait leurs devoirs, s’est installée dans les esprits des Allemands.  Le Ministre fédéral des Finances , Wolfgang Schäuble, (CDU) est quant à lui, le dernier européen qui reste. » Il est « un personnage tragique parce qu’il comprend bien ce qu’il faut faire, mais il sait aussi qu’il ne peut pas balayer les obstacles», a déclaré Soros. « Il est vraiment dans la souffrance. »

Lisez l’interview intégrale de George Soros sur le rôle de l’Allemagne dans la crise de l’euro et le plan qu’il propose pour résoudre  le problème de la dette.

SPIEGEL ONLINE: En Allemagne, les gens parlent ouvertement de ce qui était, il y a à peine quelques années impensable: un retrait de la zone euro. Beaucoup d’allemands croient qu’un retour au mark serait mieux que de le rester dans une union monétaire fragile. Ont-ils raison?

Soros: Une rupture de la zone euro serait très coûteuse et préjudiciable, aussi bien financièrement que politiquement. Et les allemands seraient obligés d’en accepter des pertes plus grosses.Vous devez être conscients du fait qu’ils n’ont pas pratiquement perdus dans la crise de l’euro de l’argent. Tous les transferts des capitaux ont été prêtés – et seulement quand ils ne sont pas remboursés, on pourrait parler des pertes réelles.

SPIEGEL ONLINE: Les enquêtes montrent que la plupart des Allemands ne croit pas que les prêts à la Grèce et à d’autres pays ne seront un jour remboursés .Ils craignent que l’Allemagne doit payer pour le reste de l’Europe.

Soros: Cela ne se produira que si l’euro s’effondre. Nous assistons actuellement à une fuite de capitaux massive, ce qui s’accélère en permanence – et pas seulement de provenance de la Grèce mais aussi de l’Espagne et d’Italie. Tous ces transferts d’argent à l’étranger se reflètent dans les bilans des banques centrales – et cela conduirait à des exigences énormes des pays donateurs aux pays débiteurs. Je pense que d’ici la fin de cette année seulement, les demandes allemandes vont monter en flèche plus d’un billion d’euros.

SPIEGEL ONLINE: En cas de rupture dans la zone euro, ces demandes seront tout d’un coup sans valeur. S’agit-il donc juste d’un bluff, quand la chancelière Angela Merkel fleur avec l’idée d’un retrait allemand de l’union monétaire?

Soros: l’Allemagne pourrait quitter la zone euro. Mais ce serait extrêmement coûteux. Je viens sur  l’étude faite par le ministère allemand des Finances , publié par Spigel selon lequel on estime que dans le cas d’un effondrement de la zone euro,  le chômage en Allemagne augmenterait distinctement, et la croissance économique baisserait considérablement. Par conséquent, l’Allemagne  va faire toujours le strict minimum pour avoir l’euro. Mais  la situation des pays débiteurs ne fera que s’aggraver. Le résultat sera une Europe dans laquelle l’Allemagne sera considérée comme une puissance impériale –  une puissance qui n’est pas admirée par le reste de l’Europe et pas imitée. Au lieu de cela, l’Allemagne serai haïe, et d’autres pays lui résisteront, parce qu’ils  vont percevoir les Allemands comme des oppresseurs.

SPIEGEL ONLINE: Pourquoi l’Allemagne devrait être blâmée pour tout? D’autres pays de l’UE se sont dérobés à des réformes structurelles et ont vécu au-dessus de leurs moyens.

Soros: Bien sûr, les Etats qui ont une dette élevée aujourd’hui, ils n’ont  pas passés par des réformes structurelles, comme l’Allemagne. Alors maintenant, ils sont à la traîne. Mais le problème c’est que ces inconvénients deviendront plus grands avec la politique punitive actuelle. L’Italie, par exemple, doit dépenser chaque année une somme égale à six pour cent de son activité économique, pour arriver dans une position de départ semblable  avec l’Allemagne. C’est parce que le pays doit payer des intérêts beaucoup plus élevés que l’Allemagne sur sa dette. Compte tenu de cet handicap, il est impossible pour l’Italie de rattraper son retard dans la compétitivité.

SPIEGEL ONLINE: Encore une fois: Pourquoi devrait-il être la faute de l’Allemagne?

Soros: C’est la responsabilité commune de tous ceux qui ont adhéré à l’union monétaire, sans comprendre les conséquences de cette étape. Lorsque l’euro a été introduit, les organismes de réglementation ont permis aux banques d’acheter autant des titres d’Etat qu’elles voulaient, sans avoir pour cela des capitaux propres. Et la Banque centrale européenne (BCE) ne faisait pas la différence parmi les obligations d’État, déposées par les banques pour emprunter de l’argent. Cela rendait les obligations des pays  de l’euro plus faibles, soudainement plus attrayantes.

SPIEGEL ONLINE: Et cela a poussé en bas les taux d’intérêt?

Soros: Oui.  Dans des pays comme l’Espagne et l’Irlande, les faibles taux d’intérêt ont conduit à un boom dans le marché immobilier et la consommation . En même temps l’Allemagne luttait avec les effets de la réunification et a essayé de devenir plus compétitive. Cela a conduit au développement économique d’un côté et à la dérive de l’autre. L’Europe a été divisée en pays créanciers et débiteurs. Toutes ces conditions ont été créées par les institutions européennes, y compris la BCE, qui a été conçue sur le modèle de la Bundesbank. Les Allemands oublient souvent que l’euro est avant tout une créature franco-allemande. Aucun autre pays n’a donc bénéficié de l’union monétaire, comme l’Allemagne – ni économiquement, ni politiquement. Par conséquent, l’Allemagne porte aussi – dans le sens du mot allemand – la « faute » pour ce qui s’est passé par l’introduction de l’euro. L’Allemagne est responsable.

SPIEGEL ONLINE: Les Allemands ont un souvenir très différent  la naissance de l’euro: ils pensent avoir dû sacrifier leur Mark, pour que les autres pays européens acceptent la réunification de l’Allemagne.

Soros: C’est exact. L’intégration européenne a été fortement encouragée par l’Allemagne parce que le pays était toujours prêt à donner un peu plus pour un compromis qui  puisse être accepté par tous. Ce fut également le fait que l’Allemagne avait besoin du soutien pour sa réunification. Cette réflexion a ensuite été connu sous le nom « vision à long terme » – une vision qui a finalement rendue l’Union européenne possible.

SPIEGEL ONLINE: Avons nous actuellement besoin d’une vision similaire?

Soros: je veux établir une parallèle entre la situation actuelle de la zone euro et  la situation qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, lorsque le système monétaire de Bretton Woods-un système de règles pour l’économie mondiale- a été créé. Les Etats-Unis se sont établis comme le pouvoir central de ce système, et le dollar devint la monnaie de réserve du monde. C’était un monde libre dominé par les États-Unis. Mais l’Amérique a gagné cette place parce qu’elle  a soutenu la reconstruction de l’Europe avec le Plan Marshall. Les Etats-Unis sont devenue une puissance impériale bienveillante, ce qui a rendu un grand service au pays.

SPIEGEL ONLINE: Comment pourrait-on comparer cela avec la situation en Europe aujourd’hui?

Soros: l’Allemagne est dans une position similaire à celle de l’Amérique, mais elle ne semble pas disposée à s’impliquer dans quelque chose comme l’a fait l’Amérique avec le Plan Marshall. Elle s’oppose à toute sorte de transformation de l’Europe en une union.

SPIEGEL ONLINE: Mais le plan Marshall ne constituait qu’une petite partie du produit intérieur brut américain -alors que les obligations potentielles pour l’Allemagne, pourrait asphyxier le pays.

Soros: Ca n’a pas de sens.  Plus un programme de réduction de dette est complet et convaincant moins le risque qu’il échoue est  grand. Rappelez-vous comment l’Allemagne a été et l’est toujours reconnaissante à  l’Amérique, pour le Plan Marshall. L’Italie, par exemple, serait également reconnaissante si l’Allemagne  contribuait à réduire les coûts de financement pour le pays. Ce faisant, le gouvernement fédéral pourrait même poser les conditions. L’Italie serait prête à les remplir si elle en tire profit. Il s’agit d’une erreur tragique et historique que l’Allemagne ne reconnaisse pas ces possibilités.

SPIEGEL ONLINE: Pourquoi, alors le peuple américain a-t-il à ce moment-là appuyé le Plan Marshall – et pourquoi les Allemands préfèrent-ils maintenant de miser sur les mesures d’austérité d’Angela Merkel?

Soros: Les Américains  après la Seconde Guerre mondiale, se sentaient victorieux et généreux. Et ils avaient appris de leurs propres erreurs  après la Première Guerre mondiale. À cette époque, ils avaient imposé de lourdes sanctions à l’Allemagne – et où cela nous a-t-il conduit? A la dictature nazie, qui a plongé le monde dans la peur et la terreur. L’Allemagne d’aujourd’hui, certes, ne se sent pas aussi riche que l’Amérique à  l’époque, mais elle est encore très riche.

SPIEGEL ONLINE:  C’est justement cette prospérité que les allemands ont peur de perdre.

Soros: La position allemande est très imprévisible. Contrairement à ce qui se passe dans reste de l’Europe, l’économie allemande va bien jusqu’à l’heure actuelle. Mais si la crise de l’euro n’est pas résolue rapidement,  l’Allemagne va bientôt ressentir le récession mondial.

SPIEGEL ONLINE: Il y a quelques semaines, on a averti, qu’il ne restait que trois mois pour reconstruire la zone euro.

Soros: Eh bien, maintenant, nous sommes probablement plus proche de trois jours.

SPIEGEL ONLINE: Trois jours?

Soros: Les chefs d’Etat et de gouvernements européens doivent prendre le risque de proposer des mesures audacieuses lors du sommet jeudi et vendredi.

SPIEGEL ONLINE: Pensez-vous qu’Angela Merkel soit prête pour les accepter?

Soros: Elle se trouve prise au piège. Merkel s’est rendu compte que l’euro ne peut pas fonctionner ainsi, mais elle ne peut pas changer le narratif qu’elle a créé. Cette narration  s’est ancrée dans l’esprits des Allemands – et ils l’ont adoptée.

SPIEGEL ONLINE: Le discours est fondé sur l’idée  que les pays en crise, contrairement à l’Allemagne, n’ont pas fait leurs devoirs.

Soros: Exactement. Mais dans le même temps la chancelière a reconnu que la gestion de crise ne peut pas continuer de cette manière. Donc elle veut garder absolument l’euro.

SPIEGEL:  Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, a récemment exposé dans une interview donné à SPIEGEL ses idées pour une « nouvelle Europe » , refondée sur une union politique beaucoup plus étroite.

Soros: Schauble représente l’Allemagne de l’ère de Helmut Kohl. Il est l’un des derniers européens, et il est une figure tragique, car il comprend ce qui doit être fait, mais sait aussi qu’il ne peut pas balayer les obstacles. Il en souffre vraiment.

SPIEGEL ONLINE: Que conseilleriez-vous à Schäuble?

Soros: Le  problème principal est le fardeau de la dette de la zone euro. Tant qu’il n’est pas allégé, les pays les plus faibles n’ont aucune chance d’être compétitifs.

SPIEGEL ONLINE: Comment peut-on alléger le fardeau de la dette?

Soros: Je proposerais   de créer un organisme de financement européen qui peut faire avec de la BCE exactement ce que la BCE ne peut pas faire seule. Il pourrait constituer un fond d’amortissement de dettes-  ce que le Conseil consultatif allemand a suggeré et comme le SPD et les Verts le demandent.Le fonds pourrait acheter une grande partie des obligations d’Etat espagnoles et italiennes – en contrepartie,  ces pays s’engageraient à des réformes structurelles.

SPIEGEL ONLINE: Où trouver l’argent pour acheter les obligations d’État?

Soros: Le fonds pourrait financer les achats par l’émission d’euro-bills une variante à court terme des euro-bonds, garanties conjointement par les pays membres. Puisque les coûts de financement seraient très faible pour ces obligations, le Fonds pourrait continuer à donner l’avantage aux pays touchés. Alors l’Italie pourrait emprunter de l’argent frais à peut être 1% taux d’intérêt. Ce serait un grand soulagement pour les pays comme l’Italie et l’Espagne – et cela égaliserait les conditions de financement en Europe.

SPIEGEL ONLINE: Mais une fois que les pays en crise commenceraient à ressentir l’allègement, ils chercheraient probablement  à éviter les réformes promises.

Soros: Au contraire, les réformes seraient beaucoup plus faciles à se mettre en place. Εn Italie, par exemple, le gouvernement du Premier ministre , Mario Monti, en réalité veut faire  des reformes plus fortes du marché du travail que ce qu’il peut réaliser actuellement. Si les réformes étaient récompensés par la perspective de conditions de financement favorables, il serait beaucoup plus facile de les faire accepter par la société.

SPIEGEL ONLINE: Mais qu’est-ce qui se passe si, par exemple, le gouvernement change et la nouvelle direction ne se sent plus engagée à respecter l’accord sur la réforme?

Soros: Alors, vous pouvez tout simplement retirer l’aide financière au pays – et le priver de la possibilité de se financer à un pour cent d’intérêt. Il lui faudrait obtenir de l’argent sur le marché financier, qui à son tour  le punirait pour cela. Aucun pays ne pourrait résilier le contrat sans avoir à payer un prix élevé.

SPIEGEL ONLINE: Mais ainsi on pousserait des grands pays comme l’Italie à la faillite – avec des conséquences imprévisibles pour l’Europe. Ce serait une punition qui ne serait jamais imposée.

Soros: On pourrait adapter la peine à l’infraction. Même une petite augmentation des coûts de financement ramènerait le gouvernement en question à la raison.

SPIEGEL ONLINE: Est-ce qu’un tel plan pourrait aider aussi la Grèce?

Soros: Probablement pas. Afin de sauver la Grèce, il faudrait une générosité énorme. La situation là bas est tout simplement trop empoisonnée. Si Angela Merkel était restée dure dans le cas de la Grèce, elle pourrait maintenant convaincre plus facilement le public allemand d’accepter les aides pour d’autres pays. Merkel pourrait  établir une distinction entre les bons et les méchants en Europe.

SPIEGEL ONLINE: Angela Merkel a souvent dit : « Si l’euro échoue, l’Europe échoue. » Seriez-vous d’accord avec elle , tout au moins sur ce point?

Soros: Oui, parce qu’à le long terme, un marché commun ne peut pas fonctionner sans une monnaie commune.
SPIEGEL ONLINE: Supposons que vous soyez encore un investisseur  et spéculateur actif. Souhaiteriez-vous parier contre l’euro?
Soros: En tant qu’investisseur, je verrais la situation de manière très pessimiste, en particulier en Europe. Mais parce que je crois dans une société ouverte, je crois aussi que les gens et les dirigeants politiques en Europe finiront par agir raisonnablement.

L’interview a été réalisée par Mathias Müller von Blumencron, Stefan Kaiser et Gregor Peter Schmitz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s