Le fascisme montre son visage

Kasidiaris dans le Parlement

Ni le costume, ni la cravate, ni même un bon maquillage ne suffisent pour masquer le vrai visage du fascisme. Ce matin du 7 juin, le porte-parole et député de l’organisation fasciste Aube Dorée, Ilias Kassidiaris -actuellement poursuivi en justice pour agressions- en a fait la preuve.

Pendant une émission télévisée, il a agressé, devant les caméras, deux députées de gauche. Lors d’une intense dispute où les deux femmes pointaient le fond fasciste et raciste de son organisation, Kassidiaris a jeté un verre d’eau sur la députée de Syriza, Rena Dourou, pour attaquer ensuite la députée du Parti Communiste Grec, Liana Kaneli, avec des coups de poing et ce de manière que relevait des compétences et du professionnalisme… (voir vidéo en bas ci-dessous)

Depuis sa percée électorale du 6 mai, l’Aube Dorée tente de maquiller son fondement politique fasciste en le qualifiant de nationaliste et de patriotique. Ainsi, toute une série d’actes criminels commis par cette organisation a été qualifiée d’ « activisme » ! Attaques violentes contre militant-e-s de gauche et syndicalistes, dont une tentative d’homicide volontaire, passages à tabac, coups de couteau et pogroms contre la population issue de l’immigration, femmes et enfants compris, dont les derniers événements à Patras font partie.

Ce matin, le masque est tombé en exposant le visage d’un vrai fasciste convaincu, sexiste et violent. Le comportement de Kassidiaris ne constitue pas une exception, mais la règle pour ce groupement des nostalgiques de Hitler qui a su profiter de la crise pour attisé la haine à une part importante de la population grecque.

Les médias grecs, les élites politiques et institutionnelles du pays ainsi que les partis du Mémorandum (PASOK, Nouvelle Démocratie) se disent « choqués » de ces comportements. Ils prétendent rien savoir. Mais en réalité, ce sont ces milieux-là qui ont permis à l’ Aube Dorée d’émerger à la scène centrale du paysage politique grec.

Les agressions contre Rena Dourou et Liana Kaneli, deux femmes élues démocratiquement pour défendre les intérêts du peuple, en public et en direct, sont bien significatives tout en réveillant les pires cauchemars de l’histoire politique de ce pays ainsi que ceux d’autres, comme l’Argentine ou le Chili.

Sans attendre que la prochaine fois les fascistes de l’Aube Dorée sortent les revolvers, le peuple a tout intérêt à lutter contre la peste brune. Elle constitue une menace pour la démocratie et la seule garantie pour l’instauration du chaos et de la violence au sein de la société grecque.

La justice doit assumer ses responsabilités et engager des poursuites judiciaires en montrant qu’elle capable de défendre la démocratie et non seulement les intérêts des grands industriels.

Alors que la police est à sa recherche, Kassidiaris trouvait refuge dans le local de son organisation sous les applaudissements d’une cinquantaine des présents censés d’empêcher son arrestation.
Une question reste suspendue : est-ce que le fasciste Kasidiaris profitera de son immunité parlementaire?

Les fascistes, les groupuscules néo-nazis et les organisations de l’extrême droite ont le même visage, les mêmes idées et les mêmes pratiques partout dans le monde.

Et cela ne vient pas de l’avenir, il vient du passé. Il ne va pas disparaître tout seul, il va falloir l’écraser.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s