Elections en Grèce : la gauche dénonce des intimidations néonazies

http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/05/06/elections-en-grece-la-gauche-denonce-des-intimidations-neonazies_1696537_3214.html

Alors que les Grecs sont appelés aux urnes dimanche 6 mai pour élire leurs députés, le petit parti d’extrême gauche Antarsyaun a indiqué qu’une trentaine de néo-nazis avaient fait irruption dans six bureaux de vote à Athènes où ils sont livrés à des intimidations contre des militants de gauche qui suivaient le déroulement du scrutin. Interrogé par l’AFP, le porte-parole de la police, Athanassios Kokkalakis, a d’abord confirmé un cas impliquant « une quinzaine de membres du groupe Chryssi Avghi »dans un bureau d’une banlieue populaire d’Athènes, puis admis un deuxième incident dans un bureau proche, à Pétroupolis, sans être en mesure de fournir plus de détails.

Longtemps groupuscule semi-clandestin, notamment réputé pour ses agressions de migrants, Chryssi Avhi (Aube dorée) est crédité par les sondages d’un score lui permettant d’entrer au parlement à l’issue du scrutin de dimanche, pour avoir suexploiter la colère de l’électorat face à la crise économique et sociale.

Lire « Grèce : pourquoi un parti néonazi pourrait entrer au Parlement » publié juste en dessous du présent article

Un témoin oculaire a raconté à l’AFP l’irruption du groupe à Pétroupolis : « ils sont arrivés en voiture, ont bloqué la route, sont entrés dans le bureau où ils ont injurié et menacé les représentants de gauche et les électeurs, puis sont repartis ».

Le porte-parole de la police a souligné que le bon déroulement du scrutin était du ressort des assesseurs, et non de la police, « qui bien sûr est vigilante face à toute manifestation extrémiste tant de gauche que de droite ».

Elu en 2010 au conseil municipal d’Athènes après avoir noyauté les quartiers pauvres du centre d’Athènes où s’entassent les migrants en transit, le chef deChryssi Avghi s’y était signalé par un salut hitlérien, à l’issue d’une altercation avec un dirigeant d Antarsya. La gauche grecque dénonce depuis des années l’inertie voire la complaisance policière envers les violences de ce groupe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s