A propos des agressions brutales des MAT (CRS) contre les collègues journalistes et photographes et les blessures infligées au président de l’UP-JG.

Athènes, le 5 avril 2012

L’Union de photo-journalistes grecs (UP-JG) dénonce les nouvelles violences policières contre les collègues qui couvraient à titre professionnel les rassemblements du 4 et du 5 avril à la place Syntagma.
Ce soir, ces agressions brutales et injustifiables ont eu comme cible le président de notre Union, Marios Lollos, qui a été hospitalisé suite à des « contusions crâniennes provoquées par une matraque (fracture-impression crânienne) et nécessitant une intervention chirurgicale » !
Nous rappelons que ce n’est pas la première fois que le président de UP-JG subit une agression pareille. Le 15 décembre 2010, il s’est fait matraqué par derrière, sur la tête, par un agent des MAT (ndtr : CRS). Le lendemain, notre Union a appelé les autorités ministérielles d’« assumer pleinement leurs responsabilités parce que nous craignons de finir par déplorer des morts » !
Nous soulignons le fait qu’une fois de plus l’Information se prenne pour cible, malgré les affirmations contraires du ministre de la protection citoyenne à l’égard des représentants de notre Union. En juillet 2011, suite à des évènements similaires, il avait déclaré que « La direction politique et physique de la Police Grecque est vouée à la protection des droits démocratiques ; elle traite l’exercice des métiers de la l’information du citoyen avec tout le respect que lui convient, et elle fera tout pour garantir son exercice libre et sans entraves ». Depuis, rien n’a été fait.
Les agressions systématiques et répétées contre les professionnels de la Presse, pendant l’exercice de leur métier, piétinent les droits humains fondamentaux et ne peuvent pas être considérées comme actes isolés et accidentels. Même des gens de bonne foi peuvent tirer la conclusion que ces actes sont délibérés et qu’ils émanent de certains milieux ayant pour but de museler la liberté de la Presse et de terroriser ses agents.
Nous constatons qu’il n’y a la moindre avancée concernant les brutalités similaires commises dans le passé. Le cas de notre collègue Manolis Kipraios, qui en est resté handicapé à vie, en est la preuve. Des dizaines de dénonciations écrites et de plaintes concernant pour agressions et violences commises par les forces de l’ordre (comme celles, récentes, contre notre collègue Tatianna Bolari), déposées autant par des collègues que par des unions syndicales, restent sans réponse ou sont classées sans suites judiciaires.
Suite à ces événements, notre Union se mettra en coordination avec les autres syndicats et fédérations du secteur, en Grèce et à l’étranger, afin de préserver la liberté de la Presse et la défendre contre toute attaque qui sape les fondements mêmes de la démocratie et fait appel à des situations et régimes que notre peuple a payé cher et qui n’ont plus aucune place dans notre pays.
Pour le Conseil d’Administration
le vice-président, Giorgos PAPATHANASIOU
la secrétaire générale, Christina ZACHOPOULOU

2 réflexions au sujet de « A propos des agressions brutales des MAT (CRS) contre les collègues journalistes et photographes et les blessures infligées au président de l’UP-JG. »

  1. Ping : A propos des agressions brutales des MAT (CRS) contre les collègues journalistes et photographes et les blessures infligées au président de l’UP-JG. « Nouvelles Hors Les Murs

  2. Ping : Violences policières en Grèce : le rapport édifiant d’Amnesty International | initiative des étudiant-e-s et travailleurs-euses grec-que-s à paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s