Un jackpot de 600 millions pour Goldman Sachs, par Marc Roche

http://www.lemonde.fr/crise-financiere/article/2012/03/09/un-jackpot-de-600-millions-pour-goldman-sachs_1655586_1581613.html

L’opération organisée en 2001 par Goldman Sachs pour permettre à la Grèce de réduire sa dette a rapporté la somme de 600 millions d’euros à la banque américaine. Telles sont les conclusions d’une enquête de deux journalistes de l’agence Bloomberg, Nick Dunbar et Elisa Martinuzzi. Pour la première fois, deux des principaux protagonistes, Christoforos Sardelis, patron du bureau de gestion de la dette à Athènes entre 1999 et 2004, et Spyros Papanicolaou, son successeur jusqu’en 2010, évoquent publiquement la transaction qui a permis à la Grèce de cacher l’ampleur de son endettement.

La transaction consistait à échanger la dette grecque, libellée en dollars et en yens, en euros en utilisant un taux de change fictif permettant de réduire l’endettement de 2 %, affirment les anciens officiels hellènes. Mais, comme le reconnaît Sardelis, ses services n’étaient pas équipés pour comprendre la complexité du contrat signé avec Goldman Sachs en juin 2001. Et imaginer qu’en quatre ans, via un produit dérivé destiné à dissimuler ce prêt, la dette ainsi contractée par la Grèce auprès de Goldman Sachs allait bondir de 2,8 milliards à 5,1 milliards d’euros.

LE 11 SEPTEMBRE 2001

Au moment de la signature, reconnaît Sardelis, le swap lui était apparu profitable pour son pays comme pour la banque d’affaires. A l’écouter, deux événements ont fait exploser le coût de l’opération pour la Grèce. Tout d’abord la chute du marché obligataire après les attentats du 11 septembre 2001 qui, en raison de la formule imposée par Goldman Sachs, a pesé sur les remboursements. Ensuite, le choix par la banque, en 2002, d’un nouvel indice assis sur l’inflation dans la zone euro s’est avéré dévastateur.

Autre révélation, Addy Loudiadis, la banquière de Goldman Sachs en charge de ce dossier, s’était imposée non pas en raison de ses origines grecques, mais parce qu’elle avait alerté Athènes du danger d’un contrat similaire offert par un rival en 1999 !

« Les swaps étaient l’une des techniques utilisées par bon nombre de gouvernements européens pour respecter les critères du traité de Maastricht », répond Goldman Sachs, qui affirme que l’impact combiné de ce swap a été limité à une baisse de 1,6 point de la dette publique grecque, celle-ci passant de 105,3 % à 103,7 % du produit intérieur brut (PIB).

« Pour la première fois, des officiels grecs impliqués dans le swap de Goldman ont évoqué le coût de cette transaction. Goldman n’a jamais contesté les chiffres avancés par son client », nous explique M. Dunbar. En 2003, il avait révélé dans le mensuel britannique Risk Magazine le rôle joué par Goldman dans le maquillage des comptes de la Grèce.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s